Accueil / Actualité / Natacha Polony arrête On n’est pas couché : la faute à Aymeric Caron ?

Natacha Polony arrête On n’est pas couché : la faute à Aymeric Caron ?

Natacha Polony a annoncé il y a une semaine sa volonté d’arrêter sa collaboration avec Laurent Ruquier dans On n’est pas couché. En poste depuis 2011 au côté d’Audrey Pulvar puis d’Aymeric Caron, la journaliste a expliqué qu’elle refusait de s’enfermer dans une routine. Argument qui laisse songeur alors que l’on voit la relation Polony-Caron se dégrader d’émission en émission.

Natacha Polony s’en va. Elle démissionne de chez Ruquier. On la comprend. À vrai dire, cela vaut mieux pour elle. La pauvre… Passer deux longues années assise à la droite d’Aymeric Caron, l’odieux natif de Boulogne-sur-Mer, comme Ribéry. Il n’y a pas de hasard.

Pas facile à gérer un voisin pareil. Même s’il doit susciter chez elle un peu de nostalgie. Du temps où Polony était professeur de français, entourée d’adolescents attardés.  Si Natacha n’a pas besoin d’Aymeric pour briller, le fossé est tellement abyssal entre les deux chroniqueurs qu’elle apparaît comme une intellectuelle de premier plan. À côté de Caron, Polony c’est Arendt ! Par ailleurs, elle rend bien plus service aux femmes que nos féministes. Elle prouve de manière limpide la supériorité de la femme sur l’homme. Elle a même réussi l’exploit de convertir Enora Malagré à l’intelligence. Lorsqu’elle a appris son départ, la blonde bretonne d’Hanouna a envoyé une lettre à Natacha pour lui faire part de son émotion. Espérons que Polony fasse d’autres émules : souverainistes, eurosceptiques, antilibérales. Car il y a urgence, le PAF manque de Polony mais regorge de Caron.

Incontestablement, la chroniqueuse d’ONPC se distingue au sein de ce monde médiatique où fleurissent les médiocres. C’est à se demander si quelqu’un y a mis de l’engrais. Aux simagrées horripilantes de Caron répondent les syllogismes de Polony. Aux procès d’intention hystériques répondent les démonstrations. Aux invectives, les analyses. Natacha est un vestige. Elle possède cette qualité devenue trop rare chez les journalistes :  elle pense. Avec son cerveau précisons-le. Caron, lui, pense avec ses cheveux.

Théâtre médiatique ou vraie aversion ?

Aujourd’hui, il apparaît clairement que Polony ne supporte plus Caron. Elle doit même parfois se demander ce qu’il fait là. Puis elle se rappelle désabusée : Ruquier le paye pour ça. Sur le plateau, la tension est palpable. Ça devient physique. Natacha d’habitude si sereine commence à montrer des signes d’irritabilité. Car son oreille  gauche souffre affreusement. Après l’émission c’est l’acouphène assurée. Son turbulent voisin est un amateur de décibels. En bon bruiteur indigné, il crache sur les invités en caricaturant systématiquement leurs positions. Polony tente depuis le début de lui insuffler une idée, une idée simple, une idée qui procède du bon sens : les nuances, ça existe. Mais Caron n’a cure des conseils de sa palote cadette, il est là pour flinguer bêtement, en bon « humaniste » qu’il est.

Polony en a marre d’avoir un con à sa gauche. Caron en a marre d’avoir une souverainiste à sa droite. Natacha a renoncé à la pédagogie. L’arrogant végétarien est trop mauvais élève, trop mal poli : il coupe la parole, commente, déforme, réduit. Tant et si bien que Polony doit souvent avoir l’impression d’être elle-même l’invitée. On pourrait croire que cette discorde n’est que le produit du spectacle médiatique, qu’une fois l’émission terminée, Natacha et Aymeric vont casser la croûte ensemble en se délectant de leurs prestations respectives. Cette théorie ne tient pas. Polony est trop intelligente pour apprécier la conversation de Caron. Caron est trop bête pour apprécier celle de Polony. Entre Natacha et Aymeric le divorce est bel et bien consommé.

Natacha s’en va donc. Grand bien lui fasse. Sa place n’est pas à la télé. Elle évoque parfois le lancement d’un magazine « entre polémique et culture ». Voilà une bonne idée. En attendant, Ruquier doit lui trouver un remplaçant, une remplaçante commande la parité. En attendant, Ruquier a l’air bien con avec son Caron.

 

 

5 plusieurs commentaires

  1. Excellent !

    Caron n’est certes pas la moitié d’un con

  2. Tout à fait d’accord

  3. Caron, c’est certain, incarne la pire image du journaleux macho, prétentieux, inélégant et incapable de traiter intelligemment le sujet. Son agressivité est sa pub. Comparativement Natacha est une valeur féminine à ne pas perdre. Mais, s’agit-il d’un montage Ruquier pour redonner de la vie à ue émission qui s’essoufle? Possible. Je pense, quant à moi, qu’elle a depuis longtemps assuré sa revonversion, française, et peut être même francophone. Une femme belle et intelligente est une valeur à ne pas sacrifier, je ne me fais pas de souci pour Natacha, même s’il lui arrivait de m’agacer. Elle est figure de proue. Quant au roy Ruquier il prépare à moyen terme sa reconversion en producteur/acteur de ONPP. Le PAF se passerait mal du paf de Nat. 🙂 signé : une Mexicaine qui aime la France.

  4. Certes Caron vous parait trop polémiste ! En fait, il est offusqué de voir une Polony à la tête pleine mais mal faite argumenter sur des idées qui tiennent presque du FN. Cette dame vit à une autre époque, normal elle a été éduqué à vivre sa vie dans les livres et non auprès des gens. La vraie culture vous ouvre aux autres, or elle se ferme à beaucoup de choses ! Méfiez vous de la forme voyez le fond! elle vous englue de son intellectualité. Elle est un bouillon de culture !! Qu’elle n’oublie pas ses origines ! nous avons accueillie bon nombre de polonais, on ne leur demandait pas ce qu’ils lisaient! on les acceptait.
    Caron n’est pas un méchant, mais un mordant, ne vous méprenez pas à ces élans sur le plateau. Je pense qu’il y a là plus d’humanisme que vous n’imaginez !!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*