La France contre les robots de Bernanos : une apologie de la vie intérieure

Publié en 1947 après les deux grands conflits mondiaux, La France contre les robots de Georges Bernanos met en garde les hommes contre la civilisation des machines dont l’objectif est de nier l’existence de l’âme et donc d’abolir la liberté. Dans La France contre les robots, Bernanos accuse la civilisation moderne d’être « une conspiration…

Continuer la lecture

Pourquoi faut-il lire Bernanos aujourd’hui ?

Dans Bernanos, romancier du surnaturel (Éditions Pierre-Guillaume de Roux), Monique Gosselin-Noat revient sur l’œuvre romanesque du grand écrivain. À travers les analyses de Sous le soleil de Satan, L’Imposture, La Joie, Nouvelle histoire de Mouchette, Journal d’un curé de campagne et Monsieur Ouine, elle montre à quel point la lecture de Bernanos est précieuse pour nos…

Continuer la lecture

Les Enfants humiliés, de Georges Bernanos : une critique de la paix des lâches

« Notre victoire n’était pas une victoire, et nous n’avons jamais été des vainqueurs », écrit Georges Bernanos dans Les Enfants humiliés. L’ancien dragon de 1914, maintes fois blessé au front, déplore la précarité de la paix de l’entre-deux-guerres. À ses yeux, le deuxième conflit mondial était inévitable car héritier de la fausse paix signée par l’esprit…

Continuer la lecture

Journal d’un curé de campagne de Bernanos : le dernier grand roman chrétien ?

À partir des confessions d’un modeste prêtre du Nord de la France, Georges Bernanos arrache petit à petit tous les voiles qui recouvrent la vérité de l’âme humaine. Les errements des fidèles de ce petit village isolé, les observations froides mais toujours compatissantes du jeune curé, ainsi que ses propres turpitudes mentales et physiques, forment de…

Continuer la lecture

Visage d’écrivain : Bernanos

L’âme transmute le visage, lui donnant une texture, un relief qui par moment peut bel et bien faire remonter le fond à la surface. Bernanos caractérise bien ce mouvement brusque de l’alchimie corporelle, il a une bouille à la hauteur de l’homme. Sur lui, l’on peut voir une épaisse tignasse coiffer une face incandescente, frémissante…

Continuer la lecture