Pierre Glaudes : « Bloy s’interroge sur l’absence d’un Dieu qui semble silencieux ou impuissant »

Pierre Glaudes est professeur de littérature à l’Université Paris IV-Sorbonne. Ses travaux portent notamment sur le roman et à la nouvelle « fin de siècle » (Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly, Villiers de l’Isle-Adam…). Léon Bloy, la littérature et la Bible, son dernier ouvrage paru aux éditions des Belles Lettres, explore le rapport de l’écrivain à l’écriture,…

Continuer la lecture

Bloy et Mirbeau : deux révoltés, un invendable

1917 est l’année de la mort de Léon Bloy, mais aussi de celle d’Octave Mirbeau. Malgré les évidentes différences qui séparent le catholique fervent de l’anarchiste athée, ces deux parfaits contemporains convergent sur bien des points. Yves Lepesqueur, contributeur à L’Atelier du roman, cherche à comprendre en quoi Bloy, plus que Mirbeau, est réfractaire à…

Continuer la lecture

Le silence de Léon Bloy

L’œuvre de Léon Bloy repose sur l’usage immodéré de la parole. Mais la production abondante de cette figure à contre-courant ne doit pas nous faire postuler l’idée d’une œuvre construite comme une expérience intrinsèque au langage, autotélique, mais comme une médiation vers ce qui n’est pas de la littérature : le silence du Verbe. La parole…

Continuer la lecture

Léon Bloy : la sensation de l’Apocalypse

« Il n’y a pas de hasard ». Voici ce qu’écrit Léon Bloy le 7 mars 1894 dans son Journal. Loin des clapotis des journaux et du flot d’informations qu’il peut recevoir, loin d’être, finalement, un écrivain de son temps, Léon Bloy accueille le monde dans son plus complet symbolisme, comme l’épiphanie doloriste qui revêt éternellement sa…

Continuer la lecture

Pierre Glaudes : « Chez Bloy, le bourgeois se définit par sa bêtise, par sa sentimentalité, par son hypocrisie, par son néant »

Pierre Glaudes est professeur de littérature à l’Université Paris IV-Sorbonne. Ses travaux portent sur les romanciers français (Balzac, Chateaubriand, Mérimée) et la littérature d’idée (Joseph de Maistre) au XIXe siècle. Il s’intéresse également au roman et à la nouvelle « fin de siècle » (Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly, Villiers de l’Isle-Adam). Il a notamment dirigé l’édition des…

Continuer la lecture

Le Salut par les Juifs de Léon Bloy : un antijudaïsme prohébreu

Y-a-t-il un rapport entre judaïsme et modernisme et, par conséquent, entre antimodernisme et antisémitisme ? C’est ce que prétend Édouard Drumont, l’auteur de La France juive. Contre lui, Léon Bloy développe une critique primordiale du judaïsme tout en glorifiant le Christ comme Juif pauvre. En 1892, six ans après la parution de La France juive d’Édouard…

Continuer la lecture

La Fantine d’Hugo et la Véronique de Bloy : incarnations du sacrifice chrétien

Les Misérables de Victor Hugo a vingt-cinq ans lorsque Le désespéré est publié par Léon Bloy. Véronique, le personnage féminin du second roman, calque son mouvement sur celui du premier, Fantine. Guidée par l’impératif chrétien, sa dévotion est totale. Jusqu’au bout, elle se dégrade afin de sauver son prochain, à la manière de Fantine. Ces deux…

Continuer la lecture

Kafka, Bloy, Maurras : identité juive et rhétorique antisémite

Pour des raisons historiques évidentes la France est encore aujourd’hui particulièrement sensible à l’antisémitisme. Si la réprobation morale et parfois juridique qui s’y attache n’a rien d’absurde en soi, elle peut néanmoins le devenir si l’on condamne par principe toutes formes de questionnement sur l’identité juive. Notre propos sera de restituer – sans prétendre à l’exhaustivité –…

Continuer la lecture