Jacques Sapir : « Les bolcheviks n’avaient nullement le modèle soviétique en tête » (2/2)

Économiste et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Jacques Sapir est un spécialiste de la Russie contemporaine. Il est également l’auteur de l’influent blog RussEurope. À l’occasion du centenaire de la Révolution russe d’octobre 1917, il a accordé à PHILITT un entretien en deux parties sur les ressorts économiques et politiques…

Continuer la lecture

Jacques Sapir : « En 1917, la bourgeoisie russe est faible et incapable de s’affirmer » (1/2)

Économiste et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Jacques Sapir est un spécialiste de la Russie contemporaine. Il est également l’auteur de l’influent blog RussEurope. À l’occasion du centenaire de la Révolution russe d’octobre 1917, il a accordé à PHILITT un entretien en deux parties sur les ressorts économiques et politiques…

Continuer la lecture

Pierre Glaudes : « Bloy s’interroge sur l’absence d’un Dieu qui semble silencieux ou impuissant »

Pierre Glaudes est professeur de littérature à l’Université Paris IV-Sorbonne. Ses travaux portent notamment sur le roman et la nouvelle « fin de siècle » (Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly, Villiers de l’Isle-Adam…). Léon Bloy, la littérature et la Bible, son dernier ouvrage paru aux éditions des Belles Lettres, explore le rapport de l’écrivain à l’écriture,…

Continuer la lecture

Visage d’écrivain : Marguerite Yourcenar

Ne sachant que faire d’une œuvre obstinément dévolue à la célébration de l’âme et de l’éternité, on décida de rappeler Marguerite Yourcenar à sa condition moderne de femme en faisant d’elle la première à entrer à l’Académie française. Ce vague rôle de « romancière humaniste », qu’elle dédaigna au point de ne pas même faire l’effort…

Continuer la lecture

« Liberté, égalité, fraternité » : le vaudou républicain

Réduite au rang de slogan publicitaire, la devise de la République française ne pouvait connaître d’autre sort, car elle était habitée dès l’origine par d’intenables contradictions. Mais sa nature cachée, que percèrent rapidement à jour les critiques maurassienne et marxiste, recèle une implacable cohérence : l’avènement d’une (fausse) liberté vidant l’humanité de sa substance pour mieux l’asservir….

Continuer la lecture

Au nom de Rousseau, la Révolution a-t-elle organisé l’oppression sociale ?

La loi Le Chapelier de 1791, par laquelle les révolutionnaires abolissent les corporations, prétend libérer l’économie pour moderniser une France en crise. Elle se révèle bientôt être une restriction considérable du droit des travailleurs.  Constituées depuis le Moyen Âge sur des modèles très divers, les corporations de métier sont devenues, au milieu du XVIIe siècle,…

Continuer la lecture

Le Dieu caché chez François Mauriac

Thérèse Desqueyroux (1927) et Le Nœud de Vipères (1932) sont les deux romans les plus célèbres de François Mauriac. Les raisons de les rapprocher ne manquent pas, mais il semble qu’une d’entre elles mérite davantage d’attention : c’est dans ces œuvres que le rôle de la littérature selon Mauriac transparaît avec le plus d’évidence. Elle…

Continuer la lecture

Le sexe sous le nazisme : une libération avant l’heure ?

En matière sexuelle, le nazisme défendit des positions étonnantes, dont certaines se retrouvent aujourd’hui, certes soutenues par d’autres arguments, dans les discours les plus progressistes : éducation sexuelle pour les jeunes, combat contre le monopole de la famille traditionnelle, promotion d’une gestation distincte de la maternité… Cette curiosité n’est pas fortuite : elle révèle l’impasse où conduit toute conception rationalisée du…

Continuer la lecture