Le compagnonnage, une chevalerie ouvrière

Connu sans toujours être bien compris, le compagnonnage ne se résume pas à l’apprentissage technique, au Tour de France et à son fameux Chef d’œuvre : depuis l’origine, il fait également vivre une conception particulière du travail et du rapport de l’homme à la matière. À l’opposé des discours politiques sur le travail et loin…

Continuer la lecture

De Gaulle et les paradoxes de la modernité

Comme tout esprit un tant soit peu lucide et saillant, Charles de Gaulle échappe résolument à la stérile querelle entre zélotes du passé et chantres de l’avenir – ou, comme l’on dirait sur BFM TV, entre conservateurs et progressistes. On connaît son adresse du 14 juin 1960 où, invoquant le « génie du siècle »,…

Continuer la lecture

Constantin Léontiev : l’homme le plus réactionnaire de l’empire russe

Dans le grand débat sur la nature et la vocation de la russité qui traversa l’empire russe au XIXe siècle, Constantin Léontiev fut une voix aussi originale que solitaire. Résolument réactionnaire, ni occidentaliste ni slavophile, ni libérale ni nationaliste, sa pensée, très cohérente bien que peu systématique, fut traversée d’intuitions clairvoyantes. Constantin Léontiev est né…

Continuer la lecture

Louis XIV : un roi gallican face au pape

Le règne des Bourbons contient certes des récurrences dans la conception des relations entre l’État et l’Église, mais la politique religieuse reste à l’image du souverain : celle de Louis XIV ne fut pas celle de Louis XV, et encore moins celle de Louis XVI. Le Roi-Soleil fut un roi catholique, mais surtout gallican :…

Continuer la lecture

Henri VIII et le schisme anglican : un gallicanisme à l’anglaise

L’on a coutume de voir dans le personnage d’Henri VIII le fondateur de l’anglicanisme, entendu comme une confession résolument protestante opposée au catholicisme. Pourtant, rien n’est plus erroné d’un point de vue historique. En se déclarant chef suprême de l’Église d’Angleterre et pape en son royaume, le souverain anglais ne fait qu’entamer une rupture purement…

Continuer la lecture

La légende de la croyance médiévale en la Terre plate

La Terre est-elle plate ? Probablement pas… Soit, mais on l’a bien cru durant tout le Moyen Âge, période bien connue pour son ignorance et son obscurantisme. Il était même obligatoire d’y croire, puisqu’il s’agissait d’un dogme religieux. L’historien Jeffrey Burton Russell affirme cependant que ces poncifs relèvent d’une légende, dont il retrace l’origine dans…

Continuer la lecture

Custine, un mondain sur les terres du despotisme

Nous restons influencés, souvent inconsciemment, par l’image de la Russie que nous a laissé Astolphe de Custine. Ses Lettres de Russie – d’aucuns y voient l’équivalent russe de la Démocratie en Amérique de Tocqueville – sont un portrait dressé par un esprit Mortemart. D’une plume acerbe, Custine diffère des stagiaires de l’esprit. Brillant, y compris…

Continuer la lecture

La peur des épidémies et la construction de l’Occident moderne

Dans La Peur en Occident, l’historien Jean Delumeau explore les craintes des sociétés européennes entre le XIVe siècle et le XVIIIe siècle. En particulier, la peur des épidémies, qui explose après la Peste Noire, a profondément marqué la psychologie et la culture occidentales de son empreinte. En 1714, l’érudit italien Muratori, auteur d’un traité sur…

Continuer la lecture