Serge Tchakhotine et le viol psychique des foules

Interdit sous l’Allemagne hitlérienne, puis censuré en France, et finalement réédité dans une version augmentée en 1952, le Viol des foules par la propagande politique est un classique du genre. Témoin de la Révolution russe, le sociologue allemand d’origine russe Serge Tchakhotine combat la propagande hitlérienne dans les années 1930-1933. Il puise de son expérience…

Continuer la lecture

Kévin Boucaud-Victoire : « Michéa est autant un pamphlétaire qu’un penseur, ce qui nuit à la bonne compréhension de ses thèses »

Kévin Boucaud-Victoire est journaliste et essayiste. Co-fondateur de la revue Le Comptoir, il dirige actuellement la rubrique idées de l’hebdomadaire Marianne. Après La guerre des gauches (Cerf, 2017) et George Orwell, écrivain des gens ordinaires (Première Partie, 2018), il publie son troisième livre, Mystère Michéa (L’escargot, 2019) dans lequel il analyse la réception de l’œuvre…

Continuer la lecture

Pierre Le Vigan : « L’au-delà du bien et du mal se situe toujours ou presque du côté de la bassesse »

Pierre Le Vigan est urbaniste et essayiste. Il a publié une dizaine d’ouvrages dont Inventaire de la modernité (Avatar, 2007) et La tyrannie de la transparence (Aencre, 2011). Il vient de faire paraître Achever le nihilisme (Sigest, 2019), essai dans lequel il se propose d’établir une généalogie du nihilisme en s’appuyant sur deux penseurs majeurs…

Continuer la lecture

Julius Evola : l’alpinisme comme expérience intérieure

Dans Méditations du haut des cimes, une anthologie d’articles parus dans les années 1930, Julius Evola dessine les fondements d’un « alpinisme aristocratique ». La montagne n’est pas seulement le lieu de l’entraînement, de la compétition et de la prouesse sportive, mais une école naturelle de discipline intérieure. En pénétrant dans ce milieu, l’homme s’éloigne…

Continuer la lecture

Érick Audouard : « Rien de plus violent que la volonté de faire disparaître toute violence par la force »

Érick Audouard est écrivain et traducteur. Il a fait découvrir au public français Leonardo Castellani, prêtre et penseur argentin inclassable, à travers une sélection de textes intitulée Le Verbe dans le sang (Pierre-Guillaume de Roux, 2017). Chez le même éditeur, il a fait paraître Comprendre l’apocalypse, reprise enrichie d’une conférence donnée au Cercle Aristote autour des…

Continuer la lecture

David Engels : « Pour Spengler, il n’y a aucune connotation négative à parler de la fin d’une civilisation »

David Engels est historien et spécialiste d’Oswald Spengler – auteur du Déclin de l’Occident, ouvrage majeur dont on célébrait l’année dernière le centenaire. Il est titulaire de la chaire d’Histoire romaine à l’Université libre de Bruxelles et travaille en tant que professeur de recherche à l’Instytut Zachodni à Poznan (Pologne). Ses travaux, qui ne se réduisent pas à…

Continuer la lecture

Anthropologie de l’artifice : les arcanes du kitsch

Le kitsch fait d’emblée écho au grotesque provoqué par une laideur artistique caractérisée. Non pas le grotesque chargé de signification d’un Quentin Metsys, mais plutôt celui du simulacre que donne à voir, conformément à l’étymologie du mot kitsch (volatile mais concordante), la pacotille du gadget ou de certaines œuvres érigées en art. Outre la relative…

Continuer la lecture

Alain de Benoist : « Le libéralisme met la liberté au service du seul individu »

Alain de Benoist est écrivain et journaliste. Théoricien de la « Nouvelle Droite », il a participé à la fondation des revues Éléments, Nouvelle École et Krisis. La critique de la modernité, de l’ethnocentrisme, ainsi que la défense des autonomies locales sont au cœur de son œuvre prolifique (plus de 50 ouvrages et 3 000 articles publiés). Il vient de publier Contre…

Continuer la lecture

Éditorial – L’outrage infligé aux enfants, forme absolue du nihilisme

[Cet éditorial est paru initialement dans PHILITT #8, que vous pouvez vous procurer en suivant ce lien] Dans Sérotonine, le dernier roman de Michel Houellebecq, l’homme moderne est dépeint avec noirceur et cynisme, deux traits caractéristiques d’une prose à laquelle les lecteurs se sont habitués. Pourtant, l’indifférence au bien et au mal prend une forme…

Continuer la lecture

« La Reprise » de Kierkegaard, ou le courage de la foi

Søren Kierkegaard, philosophe d’inspiration luthérienne, est une figure de l’existentialisme chrétien. Critique sévère des pasteurs de son milieu, il retourne à la source du luthéranisme avant sa mutation institutionnelle en Église concurrente de l’Église romaine. Kierkegaard se fait penseur radical de l’intériorité informelle de la foi. La « Reprise » (Gentagelsen) est un concept clef de sa philosophie…

Continuer la lecture