« Comme une herbe sauvage » de Van Gaver : Décroissez et multipliez-vous !

Falk Van Gaver est journaliste et essayiste. Dans son dernier ouvrage autobiographique, Comme une herbe sauvage (L’Escargot, 2022), l’auteur retrace son parcours atypique, d’une enfance passée dans un milieu catholique traditionaliste, à l’âge adulte, engagé au sein de luttes anticapitalistes décroissantes. Théoricien de l’écologie intégrale et de l’anarchisme chrétien, cet antimoderne farouche nous fait part…

Continuer la lecture

Olivier Boulnois : « La force de saint Thomas est d’avoir introduit le modèle métaphysique d’Aristote au cœur de la pensée chrétienne »

Dans Le Désir de vérité : vie et destin de la théologie comme science d’Aristote à Galilée, Olivier Boulnois retrace l’histoire de la « science théologique », de son surgissement grec jusqu’à « l’effondrement de la clé de voûte » à l’aube du XVIe siècle. Loin de se limiter à l’alternative entre le Dieu de la révélation et celui des philosophes,…

Continuer la lecture

Jean Vioulac : du règne de la production à celui de la catastrophe

L’œuvre du philosophe Jean Vioulac, qui se situe à la croisée de la phénoménologie et du marxisme, aborde des thèmes aussi variés que la technique, la mort de Dieu ou encore le socialisme libertaire. Dans son dernier ouvrage, Anarchéologie (PUF), ce professeur iconoclaste se risque à définir l’Histoire comme une catastrophe. À rebours du progressisme…

Continuer la lecture

Voir le merveilleux : la redécouverte de l’imaginal

Le monde traditionnel est saturé d’images merveilleuses que la pensée moderne a souvent dépréciées au rang de productions « imaginaires » de l’Homme. Cette désacralisation du signe, qui prive les repères religieux de toute compréhension possible, se fonde pourtant sur une ignorance fondamentale : celle de l’« imaginal », dont l’herméneute Patrick Geay, dans Hermès trahi (1996), présente la…

Continuer la lecture

Derrida négateur

Si l’on pouvait croire achevée l’édition de l’œuvre déjà monumentale du plus lu des philosophes français récents, Brieuc Gérard vient de proposer au Seuil la publication d’un écrit inédit : Penser, c’est dire non. Dans ce cours magistral professé en 1960-1961, Jacques Derrida, dissertant auprès de ses étudiants sur une phrase du philosophe Alain, pose…

Continuer la lecture

La grande nuit sans étoiles

[Cet éditorial est paru initialement dans PHILITT #13] « Prévoir », « avoir de la vision », « voir loin » : quand il est question pour l’homme d’anticiper son avenir, il recourt spontanément au lexique de la vision. L’avenir, dit-on, se « voit ». Aussi n’est-ce pas pour rien si l’on qualifie de «…

Continuer la lecture

La rectification métaphysique de l’identité selon Coomaraswamy

Bien des débats opposent les Occidentaux sur l’identité, les thuriféraires de « l’universalisme » des Droits de l’Homme se heurtant vigoureusement aux nostalgiques de l’enracinement dans le particulier. Pourtant, dans ses Essais métaphysiques réunis par Max Dardevet chez L’Harmattan, l’historien de l’art et métaphysicien Ananda K. Coomaraswamy déploie, à la lumière des doctrines traditionnelles et d’une…

Continuer la lecture

La drogue, voie d’accès au divin chez Evola et Jünger

Au cours des années 1917-1919, lors de sa période Dada, Julius Evola doit aux drogues sa première approche pratique de l’ésotérisme qu’il expose dans Le Chemin du Cinabre. Il utilise alors les drogues pour découvrir de nouveaux états de conscience et de nouvelles expériences de la transcendance. Ernst Jünger fut lui aussi consommateur de drogues…

Continuer la lecture

René Guénon et la réforme de l’Occident

Aux éditions Allia vient de paraître La Crise du monde moderne de René Guénon. D’abord paru en 1927, ce livre-phare du métaphysicien français demeure d’une actualité brûlante, à l’heure où notre modernité commence à se défaire sous le poids de ses contradictions intellectuelles et sociales. En s’opposant à la « défense de l’Occident » autrefois prônée par…

Continuer la lecture

La cybernétique, le Golem du monde moderne

Cybernétique : le terme est désuet, sa signification presque entièrement disparue. Pourtant, il conserve comme une aura d’hypermodernité, à laquelle l’imaginaire futuriste qu’il convoque n’est sans doute pas étranger. Il se peut parfois que l’imaginaire soit plus clairvoyant que l’usage, que ce mot n’appartienne non pas au passé mais au présent de l’Humanité et à…

Continuer la lecture