Accueil / Actualité / Les hussards impuissants de Najat Vallaud-Belkacem

Les hussards impuissants de Najat Vallaud-Belkacem

En réponse aux nombreuses contestations qui ont émaillé les minutes de silence en hommage aux victimes du drame de Charlie Hebdo, l’État a décidé de contre attaquer. La mesure phare de la riposte gouvernementale est la nomination de mille ambassadeurs de la laïcité. Après une formation éclair de deux jours, ces plénipotentiaires laïcs iront transmettre le catéchisme républicain dans tous les établissements du pays. Face à l’ampleur du problème qui touche l’Éducation nationale, la mesure ressemble malheureusement à une énième rustine et ne réglera pas la crise profonde qui touche l’enseignement.

11_MoriceRepublique

Le Monument à la République de Léopold Morice

On aimerait croire au bien-fondé de cette mesure et voir notre ministre de l’Éducation Nationale saisir l’ampleur de l’enjeu. Hélas, les décisions annoncées le 22 janvier dernier par Najat Vallaud-Belkacem ont l’apparence d’une fumeuse trouvaille de communicants chargés de bricoler une réponse en urgence afin de montrer l’image d’un gouvernement aux commandes. L’idée majeure consiste à proposer une version modernisée des « hussards noirs de la République ». Ces bienheureux Missi Dominici de la laïcité seront chargés désormais de ramener les enfants perdus de la République dans le droit chemin et d’apprendre aux plus récalcitrants à devenir des « Charlie » comme les autres. Nul besoin d’être médium pour déjà percevoir que cette mesure tombera dans les oubliettes de l’Éducation Nationale. Elle rejoindra la lettre de Guy Môquet, dont la lecture fut un temps décidée par Nicolas Sarkozy, ainsi que d’autres gadgets éducatifs. Elle ne résorbera pas l’impuissance de notre pays face à cette jeunesse qui conteste ouvertement ses enseignants et sombre peu à peu dans une acculturation toujours plus inquiétante, la tête encrassée par une culture techno-marchande qui la pousse vers l’anomie généralisée. Face à eux, ces hussards 2.0 risquent bien de se retrouver sans armes dans ce combat éducatif.

Encore une fois, face à la crise, le gouvernement agit dans la précipitation quand patience et longueur de temps seraient nécessaires. Les problèmes rencontrés à l’école ne sont pourtant pas récents. Depuis plusieurs décennies, les ministres se succèdent, les réformes s’empilent et les études PISA confirment toujours un peu plus la chute du niveau des élèves français. Preuve de l’inefficacité de notre système éducatif dans l’enseignement des bases de la lecture et de la culture ainsi que dans la transmission des valeurs.

Une crise de conscience nationale

C’est donc une partie toujours plus importante de notre jeunesse qui reste hermétique aux messages émis par la République qui les a vus naître et qu’ils rejettent et haïssent parfois. D’année en année, de trimestre en trimestre, d’exercice en exercice certains élèves n’entendent plus la parole de l’école. Ces jeunes sont peut-être sourds, mais avons-nous quelque chose à leur dire ? Certains expliquent cette attitude de manière simpliste : l’islam ou l’immigration seraient la cause de tous les maux. Pourtant, le problème principal trouve son origine dans le sol mouvant sur lequel repose la cathédrale France. Un sol national devenu liquide par la perte de substance née du rejet de toute idée de transmission. Nous sommes devant un vide des valeurs, un gouffre, dans lequel le pays entier est en train de tomber.

Lycée de banlieue parisienne

Lycée de banlieue parisienne

Pour tenter de recréer du lien entre les différentes pierres de cet édifice qui s’effondre, il est nécessaire de développer autre chose que des mesures cosmétiques destinées à hisser notre président et une partie de son gouvernement hors des abysses des études d’opinions. Il faut, outre un évident retour à l’autorité, une volonté d’affermir le terrain sur lequel repose notre système éducatif. Notre école est le produit de son temps et une école en crise doit nous interroger sur l’état de notre société. Comment ne pas voir dans ces contestations une véritable crise de la conscience nationale ?

Pour y répondre, il ne faut pas une attitude de repli mais une prise de conscience de soi. Nous devons dès maintenant retrouver de la substance, celle qui manque tant à notre époque évanescente. Tâche difficile certes mais qui peut être amorcée par la valorisation de notre histoire et de son héritage car nous sommes les héritiers d’une culture « unique ». Apprenons à en apprécier la beauté et la grandeur ; rétablissons le roman national systématiquement détricoté depuis quarante ans ; cessons enfin cette tyrannie de la repentance qui n’offre qu’un regard étroit sur notre passé, alimentée par certains prêcheurs de honte : colonisation, Vichy, la déportation des juifs… Les Français semblent heureux d’entendre ressasser de vieilles rengaines culpabilisantes. L’abaissement devient un sport national dont les médias sont toujours avides, ne mettant l’accent que sur les heures les plus sombres en oubliant trop souvent les moments lumineux. Cessons enfin l’hypermnésie sélective ! Comment est-il possible de faire aimer un pays qui se méprise avec force et constance ? Simone Weil écrivait : « Une âme jeune qui s’éveille à la pensée a besoin du trésor amassé par l’espèce  humaine au cours des siècles. » Nos trésors sont aujourd’hui sous terre mais ne demandent qu’à être déterrés.

Un commentaire

  1. « cessons enfin cette tyrannie de la repentance […] ressasser de vieilles rengaines culpabilisantes »

    De quels tyrans parlez-vous, qui sont ces « prêcheurs de honte » ? Pourriez-vous citer des exemples qui accréditeraient leur omniprésence médiatique ?

    C’est au contraire le vent de la déculpabilisation générale qui accompagne le libéralisme et son libre échange généralisé. La morale qu’il prône est celle de la Liberté individuelle (je consomme ce que je veux, qui je veux, quand je veux), de l’Avidité généralisée (à bas l’impôt, les taxes aux frontières, les cotisations sociales) et de la Compétitivité (la loi du maître le plus fort et de l’esclave le plus maltraité voire idéalement supprimé, exclu).

    Orwell l’avait prédit: 1984″ la guerre, c’est la paix »
    2015 la Morale c’est la Liberté, l’Avidité, La Compétitivité

    Alors nous autres enseignants français, petits bourgeois au niveau de vie que les 9/10e de l’humanité pourrait nous envier, libéraux faits hommes, comment pourrions-nous prêcher à ces bataillons de futurs chômeurs consommateurs le vieux catéchisme « Liberté, Egalité, Fraternité » basé sur la maîtrise des pulsions nécessaire au respect de l’autre et la la transmission par la génération précédente ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*