Accueil / Littérature / Nabe chez Taddéï : offensive contre Soral et Dieudonné

Nabe chez Taddéï : offensive contre Soral et Dieudonné

Nabe a l’habitude d’être mal compris.  C’est sa routine, sa croix.  Mais sa position n’a jamais été aussi risquée. Nabe est venu chez Taddéï. Il a parlé. Peu l’ont entendu, certains l’ont écouté. Seuls quelques uns l’ont compris. Tandis que le plateau s’agitait, murmurait angoissé « Nabe est là », « Taddéï nous a piégés », Alain Zannini a présenté son prochain livre.

a_soral

Alain Soral

Il a dit des choses importantes. Une chose surtout : le problème de la sphère Soral-Dieudonné, ce n’est pas l’antisémitisme mais le conspirationnisme. Accusé lui-même d’être un antisémite, Nabe ne fait pas repentance. Il ne déclare pas la guerre à Soral et Dieudonné pour être réhabilité par Jakubowicz. Il ne déclare pas la guerre tout court non plus. C’est Soral qui la lui a déclarée, il y a environ trois ans. Et Dieudonné a suivi Soral, en signant une bande-dessinée dans laquelle Nabe était décapité.

Soral a rompu avec Nabe parce que celui-ci n’a jamais cédé à la tentation conspirationniste. L’antisémitisme d’un Soral ne se comprend en dernière instance que si l’on accepte les présupposés complotistes. Démonter le soralisme ne consiste pas en la démonstration de l’immoralité de l’antisémitisme mais en la démonstration de l’absurdité du complotisme. Il faut regarder les vidéos de Soral. Écouter ce qu’il dit. Ce qu’il dit sur les chambres à gaz, ce qu’il dit sur le 11 septembre, ce qu’il dit sur Merah, ce qu’il dit sur Boston. Ce qu’il dit du complot judéo-talmudo-sionisto-mamono-maçonnique. Pour Soral, il y a continuité dans le complot. Les complots servent les mêmes et sont l’œuvre des mêmes. Pour Soral, le politique, c’est le complot. Tous les événements s’expliquent par le complot. Tout ce qui arrive est monté, orchestré, décidé. L’événement du complotiste est un événement mathématique, un événement pur qui n’implique aucune contingence. Le complotisme, c’est un monde de logicien où tout arrive par préméditation, tout est calculé, prévu. C’est le monde de l’éther puisque jamais rien  ne vient entraver l’accomplissement du complot. Comme le disait déjà  Péguy à l’époque de l’Affaire Dreyfus : « D’abord généralement en histoire on ne monte rien du tout ou enfin on ne monte pas tant que ça. Ce qu’il a de plus imprévu, c’est toujours l’événement. Il suffit d’avoir un peu vécu soi-même hors des livres  des historiens pour savoir, pour avoir éprouvé que tout ce qu’on monte est généralement ce qui arrive le moins, et que ce qu’on ne monte pas est généralement ce qui arrive. »

Nabe a raison. Le complotisme est bien une « maladie mentale ». En fait, Patrick Cohen ne fait que copier Nabe lorsqu’il évoque les « cerveaux malades ». Sauf que Cohen amalgame les cerveaux. Le complotisme est la maladie de notre temps. Maladie qui consiste à interpréter le surgissement de l’événement à l’aune du contexte présent. Comme le dit encore l’indépassable Péguy : « il (nous dirions aujourd’hui le conspirationnisme) obéit ici à la plus grande illusion intellectuelle […] de substituer partout , dans tout l’événement historique, la formation intellectuelle à la formation organique ; mais très particulièrement à cette illusion d’optique historique intellectuelle qui consiste à reporter incessamment le présent sur le passé […] » Le complotiste ne cherche à comprendre l’événement qu’a posteriori, il ne s’intéresse jamais à sa genèse. Le complotiste tire de faits présents les clés d’interprétation des faits passés. Le complotiste pose la question : à qui profite le crime ? Le bénéficiaire devient alors l’instigateur.

dieudonne-et-elie-semoun-image-286582-article-ajust_930

Dieudonné

Si Nabe a dit que le combat contre le conspirationnisme est le combat qu’il faut mener, il n’a pas dit que l’antisémitisme était absent du phénomène Dieudonné. Il existe évidemment. Il est d’ailleurs temps de faire comprendre quelque chose aux fans idiots de Dieudo. M’Bala M’Bala est antisémite. Dieudonné (comme Soral) dit : « Je ne suis pas antisémite puisque je ne suis pas racialiste ». Comme si l’antisémitisme était nécessairement un racialisme. Ceux qui s’intéressent un peu à la question juive savent très bien que l’antisémitisme ne s’est pas toujours constitué comme un racialisme. L’antisémitisme anticapitaliste de la gauche ne dit pas « nous n’aimons pas les Juifs parce qu’ils sont inférieurs par leur race », mais bien plutôt « nous n’aimons pas les Juifs parce qu’ils tiennent la finance et l’argent ». De même, l’antisémitisme catholique ne dit pas « nous n’aimons pas les Juifs parce qu’ils sont inférieurs par leur race », mais bien plutôt « nous n’aimons pas les Juifs parce qu’ils ont tué notre Dieu ». De même l’antisémitisme d’Etat d’un Maurras ne dit pas « nous n’aimons pas les Juifs parce qu’ils sont inférieurs par leur race », mais bien plutôt « nous n’aimons pas les Juifs parce qu’ils occupent les postes clés de l’État ».

Nabe a dit aussi : « Dieudonné est lâche ». Le lendemain, Dieudonné, qui prétendait être prêt à aller en prison et vouloir la révolution par la quenelle, annonçait qu’il arrêtait la tournée du Mur. Comprendre : qu’il ne défiait pas la décision du Conseil d’État et l’autorité de Valls. Dieudonné, le révolutionnaire millionnaire qui fait des appels au don pour payer ses procès perdus. Dieudonné, le révolutionnaire millionnaire qui, après la décision du Conseil d’État, n’oublie pas de vendre les DVDs de son spectacle 43 euros.

Après son passage chez Taddéï, Nabe est plus seul que jamais. Cerné entre le Système et le nouveau Système, j’ai nommé l’anti-Système. Nabe est pris dans le feu croisé des « bien-pensants » et des « dissidents ». Leurs arguments se recoupent (il faut se demander pourquoi). Les balles fusent au-dessus de sa tête, sifflent à ses oreilles. Mais Nabe a fait le bon choix. Celui que nous devrions tous faire. Ne pas choisir entre Valls et Dieudonné. L’alternative pourrie. Le dilemme moisi. Le livre annoncé, qui ne sort pas en 14 pour rien, promet d’être celui de la troisième voie.

32 plusieurs commentaires

  1. L’auteur de l’article présente des arguments qui se défendent. Mais il simplifie à l’extrême, vide de sa substance toute subtilité dans les pensées de Soral ou dans l’humour de Dieudonné. Car réduire l’intégralité de la critique émise par exemple par Soral a du conspirationnisme, c’est tout regarder à travers un prisme déformant, c’est à dire faire exactement ce que l’article reproche à Soral lui-même (à juste titre) : on caricature le caricaturiste. Conspirationniste, Soral? Oui et même conspirationniste assumé, ce que en soi devrait être un argument en faveur du doute et un indice qu’il faut dépasser cette analyse lapidaire. Et trier dans ses discours, le bon grain de l’ivraie. Car on ne peut réduire toute sa pensée à un pur conspirationnisme (ne serait-ce qu’en occultant ses critiques du capitalisme, du féminisme etc…, tout aussi prégnant dans sa pensée). Soral me parait avoir une approche issue du marxisme dont il se revendique: que ce soit lutte des classes, des sexes, c’est toujours pour lui une lutte entre des pouvoirs, entre des lobbys, entre des forces qui s’opposent. Et qui s’assemblent, se trouvent des affinités en fonction du moment, de l’Histoire.

    Par ailleurs, je trouve un peu court de tout ramener au terme antisémitisme, comme s’il était le tronc auquel se raccrochent toutes les branches décrites. On peut être judéocritique sans être antisémite (simplement critiquer les valeurs du judaïsme en tant que religion, comme on peut le faire sur le catholicicsme, le protestantisme…); on peut être antisioniste (et rien que dans cette notion, il y aurait de multiples branches à développer: entre celui qui refuse un état israëlien, celui qui refuse un Etat de confession juive mais accepte un Etat israëlien multiconfessionnel, celui qui accepte un Etat hébreu mais veut revenir aux frontières de 1948 ou 1967…), on peut être un antisémite racialiste (dans ces cas, est-il même obligatoire qu’il soit relié au judaïsme? en général oui mais on peut se poser la question ne serait-ce que d’un point de vue étymologique), enfin on peut parler d’un lobby juif ou d’un lobby sioniste comme on parlerait d’un lobby gay ou d’un lobby des buralistes sans être antisémite non plus. Combattre un lobby ou un communautarisme n’a jamais transformé personne en apologiste de l’extermination de ce lobby. La pertinence de l’analyste c’est de démontrer rationnellement qu’il existe et en quoi cela permet de décrypter le monde.

    Enfin et pour finir: on peut être antisémite sans que sa pensée soit disqualifiée pour autant. On peut lire Céline, Rebatet, Maurras, écouter Wagner ou Chopin, écouter ce qu’ils ont à dire malgré tout. On peut aller au spectacle de Dieudonné sans se poser la question de savoir s’il est antisémite ou pas. D’ailleurs comment pourrait-on le savoir? On se définit par ce qu’on fait ou dit: je me fous de savoir si Dieudo est antisémite, par contre je serai gêné qu’il tienne des propos antisémites. Heureusement, à ce jour, je n’en ai encore entendu aucun de sa bouche. Mais c’est mon interprétation.

    • « Heureusement, à ce jour, je n’en ai encore entendu aucun de sa bouche. Mais c’est mon interprétation. »

      http://jeankoong.unblog.fr/2010/09/14/anthologie-dieudonne-dans-le-texte/#partie5
      http://www.phdn.org/negation/idiotsutiles/soralauschwitz.html

      Un petit apercu
      Et autrement a propos du » judéocritique », il dit des saloperies sur la religion juive en disant des choses fausses sur maimonide histoire de diffamer les juifs
      Faites vos recherches vous même si vous voulez d’autres preuves, vous connaissez très mal ces deux personnages….

      • Je les connais au contraire extrêmement bien, puisque je suis Dieudonné depuis ses débuts avec Elie (et je connais tous ses spectacles, sans exception), et j’ai lu à peu près tous les livres d’Alain Soral (il doit m’en manquer un ou 2 ). Et vu bon nombre de ses vidéos.

        Soral n’a d’ailleurs jamais été condamné à ma connaissance pour propos antisémite, malgré la vigueur de ses critiques.

        Je vous invite à creuser encore le sujet, pour aller au delà de 3 phrases sorties du contexte, qui d’ailleurs en soit pose des questions plus qu’elles n’apportent des réponses. Je vous conseille d’ailleurs d’éviter les sites très ouvertement orientés et qui proposent déjà une analyse prédigérée: allez à l’essentiel, retournez aux textes de Soral, faites vous votre propre réflexion, ne vous laissez pas influencer par celle (très orientée) de ses détracteurs.

        • En quoi c’est orienté mes 2 liens ? Il ne font que citer dieudonné et soral
          Vous vous basez sur les plaintes au tribunal pour savoir si il est antisémite ou pas ? Curieuse logique

      • Quant à la religion juive, je dis parfois des saloperies dessus, ça ne fait pas de moi un antisémite. Je sais faire la différence entre une religion (ou une école de pensée de manière plus large), et des pratiquants. Entre une idée et des hommes. Et quand bien même: dire du mal des juifs (ce qui n’est pas mon cas) ne serait pas souhaiter leur mort. 🙂

        • Comparer :

          « On peut être judéocritique sans être antisémite (simplement critiquer les valeurs du judaïsme en tant que religion, comme on peut le faire sur le catholicicsme, le protestantisme…) »

          et :

          « Quant à la religion juive, je dis parfois des saloperies dessus, ça ne fait pas de moi un antisémite. »

          Faudrait savoir : tu critiques ou tu dis des saloperies ?

  2. L’argumentation de Nabe le soir de son ‘arrivée surprise’ chez Taddeï à CSOJ n’était pas mauvaise. En effet, Nabe ne nie pas du tout l’antisémitisme, l’antisionisme, et le révisionnisme dans les desseins complotistes. Bien au contraire, il les mentionne nomément.

    Sauf qu’il ‘péjore’ intentionnellement le fléau de l’antisémitisme, de l’antisionisme, et du révisionnisme en expliquant qu’en fait, le vrai problème fondamental et sous-jacent à ses vulgaires ‘symptomes’ est en fait le complotisme. Il omet justement que *toujours*, sans exception, à travers toutes les époques et les géographies, ce complotisme implique et résulte dans l’antisémitisme – parfois accompagné d’autres ornementations aussi folkoriques et rustiques que l’anti-franc-maçonnerie, l’antiaméricanisme, etc., selon la mode du moment et de la géographie.

    Aussi s’étonne-t-on d’une argumentation soudainement aussi raisonnée, rationnelle, et construite de la part d’un Nabe qui, pour ceux qui savent ce qu’il a écrit auparavant sur les ‘youtres’, les ‘nègres’, les ‘pédés’, ou les victimes d’inceste, était dans le délire démentiel racialiste, essentialiste, soufiste, et cantique (et non pas « quantique »…) le plus total.

    Certes, Nabe ne partage pas la même ‘maladie’ conspirationniste de la sphère Dieudonné, Soral, et Laïbi, mais au vu de ce qu’il a écrit (je vous défie de terminer la lecture de ‘L’Enculé’, imparablement émétique), il n’en est pas forcément moins malade pour autant…

    Laissons Nabe, Soral, Dieudonné, et Laïbi s’entre-noyer mutullement dans leurs vomis; c’est un bac à sable que je saurai contourner allègrement.

    • Votre vision, comme celle de Nabe, est un aveuglement, une projection de fantasmes personnels, une paranoia. Encore que celle de Nabe est plutot une vengeance et a plus de fond car il connaît mieux Soral, et maîtrise son sujet: le complotisme est effectivement le défaut de Soral, c’est indéniable. C’est le principal et même sûrement le seul (mais il est de taille). C’est l’expression d’un brillant esprit analytique associé à un esprit de synthèse incomplet. Soral devrait savoir qu’un cerveau humain fonctionne par analogie, par reconnaissance des liens. Il crée des liens, des logiques même quand il n’y en a pas. Notre cerveau, si on ne le discipline pas, confond fréquemment lien de causalité et corrélation. On peut vite relier entre eux 50 faits pourtant indépendants. Donc Soral complotiste? Oui, je le crois, car il crée certaines associations, des lobbys qui n’existent sûrement pas aussi structurés et systématiques qu’il le dit. Pour autant on n’ets pas 100%ou 0% complotiste. On n’est pas 100% dans le juste ou 100% dans le faux. Soral va trop loin dans le complotisme, mais pour autant, le travail de déconstruction des lobbys et des communautarismes qu’il réalise est sans égal.

      Soral antisémite? Possible mais non démontrable clairement à ce jour (il aurait déjà été condamné vu le nombre et la puissance de ses ennemis) car il s’exprime assez souvent précisément, et choisit ses termes avec un grand soin (l’amalgame volontaire de ses détracteurs étant une manipulation de bas étage de plus)

      • 1. Je n’ai pas saisi en quoi ma ‘vision’ serait un ‘aveuglement’, du moins n’y avez-vous pas apporté le moindre argument.

        2. Non, je ne crois pas que le complotisme soit le seul défaut de Soral, et vous ne le pensez à mon hunble avis pas non plus.

        3. Veuillez svp. nous expliquer de quelle manière l’antisémitisme d’une personne serait ‘démontrable clairement à ce jour’… Car si on devait àdhérer exclusivement à ce qui est ‘démontrable clairement’ à ce jour, vous n’ingéreriez pas le moindre médicament à quelconque maladie, ne serait-ce que de l’aspirine…
        D’ailleurs, d’anciens hauts dignitaires nazis ne disaient-ils pas qu’ils ne voulaient à l’origine qu’aider les juifs en les ‘sauvent’ de la ‘révolte national-socialiste et en les expulsant… Avant la ‘solution finale’, s’entend. Quoique, même alors, les théoriciens nazis les plus férus soutenaient, sans cligner, que la mort était la seule ‘délivrance’ possible pour les juifs eux-mêmes…

        4. Notez que l’amalgame est *très* souvent utilisé par Soral, plus que par ses détracteurs, notamment afin d’établir des liens de causalité qui n’existent pas, comme vous le dénoncez à juste titre.

        5. D’accord avec son esprit d’analyse bien entraîné et surtout sa mémoire prodigieuse, mais esprit de synthèse totalement défaillant et troubles personnels nombreux et profonds.

        • 1. Simple: Nabe projette le complotisme comme alpha et oméga de la pensée soralienne. Il a raison dans le sens où c’est prégnant et bien plus qu’un antisémitisme ou un révisionnisme latent chez Soral. (je ne parle pas d’antisionisme, puisqu’il le revendique lui-même). Mais le réduire à seulement cela, c’est passé à côté du sujet, c’est voir par le petit bout de la lorgnette. Ca ne suffit pas à expliquer pourquoi Soral a du succès (des complotistes il y en a toujours eu, et ils font rarement recette). Nabe touche un point mais comme il ne va pas plus loin, il en conclue que ce point explique tout. Il voit 5% et imagine qu’il a compris 100% = aveuglement.
          Vous c’est pire: car ou Nabe voit à travers un miroir grossissant (mais à au moins le mérite d’avoir touché juste), vous êtes complètement à côté de la plaque. Soral n’est ni antisémite (il critique une minorité juive agissante: CRIF, BHL, et les 10 grandes banques mondiales… il a répté 1000 fois qu’il n’avait absoluement rien contre les juifs, ni français, ni israëliens d’ailleurs), ni révisionniste (comme il le dit lui-même à Naulleau: compter les tibias n’a aucun intérêt, ça n’est pas conceptuel, il laisse cela à qui en a envie). Il est contre la loi Gayssot (comme énormément de personnes de tous bords) mais par principe: il considère que l’Histoire est souvent écrite par les vainqueurs, donc il lui paraît normal qu’on puisse à tout moment réétudier et confronter des idées sur toute période historique. Vous projetez donc vos propres fantasmes sur Soral. Et comme je le dis: quand bien même il serait antisémite, bien qu’il ne tienne aucun propos en ce sens (vous pouvez en être convaincu, libre à vous): ça ne diminue en rien sa pensée, et l’intérêt de ses déductions.

          2. En dehors de son caractère sanguin et de son amour de la provocation (mais là encore, on pourrait citer un paquet d’auteurs qui en jouent), je ne lui vois que cette tendance a toujours relier trop d’évenements disjoints comme seul défaut. Mais il touche assez souvent juste pour que l’écouter soit intéressant. (il faut voir comment il écrase Naulleau dans le dernier bouquin, c’est juste incroyable, et ça laisse rêveur sur le niveau des commentateurs actuels).

          3. Demandez à un magistrat, il vous répondra facilement sur ce sujet.

          4. Comparativement à ses détracteurs Soral est infiniment plus précis, clair et probe. Ne serait-ce que parce que le moindre faux pas sera utilisé devant un tribunal contre lui. Il est donc inattaquable, au moins sur le sujet de l’antisémitisme ;par contre il aime bien chambrer très loin les individus qui l’attaquent et c’est plutôt pour cela qu’il est en général inquiété: l’injure… Mais on est dans une société de branle-mou qui va au tribunal dès qu’un mot de travers est lâché. Il suffit de voir Jakubovicz qui admet qu’il enverrait probablement aujourd’hui Desproges au tribunal pour certains de ses sketchs…

          5. Troubles personnels: aucun intérêt pour moi. Vous retournez toujours à l’attaque ad hominem. Essayez plutôt de vous intéresser à ses idées, pas à l’homme. C’est plus facile de disqualifier un homme (forcément imparfait, avec ses défauts, ses névroses) qu’une idée (qui elle, peut l’être, parfaite).

          • 1. « Ca ne suffit pas à expliquer pourquoi Soral a du succès (des complotistes il y en a toujours eu, et ils font rarement recette). »

            Euh… Vous vous êtes peut-être aperçu qu’à travers l’histoire, lorsque les gens ne vont pas très bien, ils ont plus de raison de se plaindre et à vouloir chercher des coupables que lorsque ça va à peu près correctement…
            Renseignez-vous sur les chiffres du chômage – les vrais, pas les officiels….
            Renseignez-vous sur le taux d’inflation et la perte du pouvoir d’achat – les vraies, pas les officielles…

            Ma foi, libre à vous de penser qu’il n’est pas antisémite; vous êtes un naîf, instruit de manière inversement proportionnelle par la lecture par rapport au vécu…

            Le nombre de fois qu’il revient sur le sujet et pour quiconque symptomatique de ce qu’on appelle une obsession ou une psychose.
            Un tas de gens sont contre la Loi Gayssot sans pour autant souffrir de la même fixette que Soral. Un tas de gens sont judéocritique et même haineux de tous les monothéïsmes sans déblatérer les sempiternels monologues de Soral sans contradicteurs et tournant invariablement autour des mêmes sujet et schéma.
            Et les très rares fois où il parle du juif de la rue, c.à.d commun, non-riche, sans réseau de relation, et ne faisant pas partie de « l’oligariche sioniste » ou des « mé(r)dias d’occupation », ça paraît plus qu’autre chose comme un exercice de communication pour tenter de démontrer qu’il n’a rien contre eux et qu’il est ‘pacifique’.

            2. Vous revenez sur son esprit de synthèse défaillant, ce qui est juste, mais ce n’est de loin pas son seul problème. Bien sûr qu’il est haineux et qu’il a une revanche personnelle à réaliser.

            3. Merci de votre recommandation, mais c’est bien à vous que je le demande, puisque vous parlez d' »antisémitisme démontrable à ce jour ». J’ose imaginer que si vous le mentionnez, vous sachiez en quoi ça consiste.
            Etonnant que vous vous référiez à un magistrat pour me définir l’antisémitisme puisque, selon Soral, ces mêmes lois qui définissent légalement l’antisémitisme, le racisme, le révisionnisme et le négationnisme seraient iniques…
            En outre, ce n’est pas parce que quelqu’un n’est pas condamné pour une infraction précise qu’il ne l’a pas commise; encore faut-il que quelqu’un porte plainte. P.ex. Nabe aurait pu être condamné des dizaines de fois pour ce qu’il a écrit. Jakubowicz de la LICRA disait qu’ils n’y voyaient aucun intérêt.

            4. Ah bon… et les 2 exemples sur la définition du mot ‘goy’ et sur la volonté de faire ‘juter’ la dette grecque au bénéfice de Wall Street ? Redescendez et relisez bien ce que je vous ai répondu. Et ce ne sont que 2 exemples tirés parmi d’innombrables autres.
            Bien sûr qu’il est attaquable, puisqu’il a effectivement été attaqué, et condamné, d’ailleurs…
            Ce n’est peut-être pas uniquement la faute de Jakubowicz si le climat est tel aujourd’hui; la société française et sa composition à énormément évolué depuis le début des ’80s, sans parler de l’échiquier géopolitique.
            Je vous renvois à ce que j’ai écrit plus haut; à titre d’exemple, Jakubowicz n’a pas jugé bon d’attaquer Nabe bien que les occasions été quasi-infinies en nombre et qu’il avait la certitude de gagner…

            5. Vous avez le droit de n’avoir aucun intérêt aux troubles personnels de Soral; non, je ne retourne pas du tout à l’attaque ad hominem et vous le savez pertinemment. Il se trouve que nous en étions à dresser ses ‘qualités et défauts’, donc ça portait inévitablement sur sa personne.
            C’est plutôt vous qui retournez systématiquement au reproche de l’attaque ad hominem lorsque ce n’est pas le cas; c’est d’ailleurs vous qui aviez commencé à littéralement juger et dresser qualités & défauts de la personne; je n’ai fait que répondre.
            Oui, c’est justement parce que je me suis intéressé d’abord à ses idées qu’à lui-même que je vous dis: Essayez plutôt de comprendre ses idées, ses références littéraires et idéologiques, et éventuellement ses non-dits…
            En outre, quand bien même aurait-on affaire à une ‘personne imparfaite’ avec une ‘idée parfaite’ (!) que ça fera de lui un sauveur qui se tiendra strictement à l’orthodoxie de sa soi-disante ‘idée parfaite’…
            C’est plus facile de reprocher votre correspondant de techniques argumentatives qu’on a en fait commencé à utilisé soi-même.

  3. Quant à ceux qui disent croire que la haine antisémite de Soral ne serait que ‘judéocritique’ ou ne s’attaquerait qu’intellectuellement à la ‘pensée juive’ (ce qui veut dire quoi, au juste ? le fait que l’on soit rationnels et scientifiques ? et bien oui, heureusement), je ris de mon petit poignet de leur stupide naïveté ou, plutôt selon moi, de leur fausse bonne volonté.

    Soral veut s’en prendre aux juifs et à tout ceux qu’il se désigne comme ‘agents de l’empire’ de la manière la plus hitlérienne.

    « Bien sûr, si on veut sauver la France demain, il faudra tuer quelques personnes, c’est une évidence… »
    (http://www.youtube.com/watch?v=vSSphXXSeHU)

    • Etre judéocritique, dans la bouche notamment de Soral, c’est être critique des valeurs (c’est à dire d’une part de la culture) ou des textes du judaïsme. Par exemple Nietzsche était un judéocritique (mais pas que, car il critiquait tout le monothéisme judéo-chrétien, et donc distinguait les deux). On peinerait à trouver des paroles antisémites chez lui. Weininger également. Ce ne sont pas des gens qui attaquent les juifs indistinctement, mais certaines valeurs de cette « culture ». Par ailleurs chez Soral, il y a aussi une critique systématique du communautarisme (= des lobbys) dans son ensemble (pas seulement chez les juifs).

      Mais grâce à la rhétorique actuelle, on amalgame proprement judéocritique, antisionisme, antisémitisme. Tout dans le même panier et Satan retrouvera ses petits. Pratique.

      Je ne crois pas que les juifs soient plus rationnels et scientifiques par exemple, que ce qu’a livré toute la philosophie (ou les sciences) grecque, ou même les apports scientifiques de la civilisation babylonienne bien avant etc… Bien sûr, toute culture attaché aux livres est une culture de la logique, donc d’une certaine conformation scientifique. Mais lisez Aristote, les stoïciens etc…. ça s’inscrit dans une continuité qui n’a rien à voir avec la critique de Soral.

      • Merci de nous expliquer la distinction entre la pensée judéocritique comme celles de Nietsche, Weininger, ou Schopenhauer et l’appel au meutre de juifs de Julius Streicher. Sauf que, et je ne fais que répéter moins point précédent si vous le relisez bien, il faudrait être naïf pour penser que Soral se limite à la ‘pensée judéocritique’…

        Question simple et directe, comment expliquez-vous un tel commentaire de Soral ?…
        « Bien sûr, si on veut sauver la France demain, il faudra tuer quelques personnes, c’est une évidence… »
        (http://www.youtube.com/watch?v=vSSphXXSeHU)

        Quant à votre dernier point, merci de vos recommandations de lecture… A titre de retour, j’attire votre attention sur les recommandations de lecture que Soral vend sur son site, notamment Werner Sombart, dont la pensée véritablement judéocritique et non-racialiste, pour le coup, reproche justement le rationnalisme, la culture scientifique, la ‘féminisation des valeurs de la société’ à ce qu’il appelle la ‘pensée juive’, aux dépens de culture identitaire, la pensée nationaliste, la virilité et l’héroïsme, constitutifs de la véritable culture originelle européenne… Ryssen reprend aussi ces schémas…

        • C’est amusant cet amalgame: si Soral vend un livre sur son site, c’est donc qu’il est d’accord avec 100% de ce qu’il contient. Tous les mots. Quel curieux raccourci! Quand vous lisez un livre, vous sentez-vous toujours 100% d’accord avec l’auteur (ou 0%, c’est à dire tout ou rien)?? Ca ne m’est jamais arrivé, j’imagine mal l’effet que ça peut faire, de voir les choses en blanc ou noir. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu ou lu Soral attaquer le rationalisme ou la prétendue culture scientifique juive. Il a même plutôt souvent vanté le génie juif en sciences, en philosophie, ou dans les arts. Et x fois. Là encore, vous interprétez ou surinterprétez. Qu’il mette en avant une certaine culture de la droiture, du courage, de l’héroïsme, de la virilité (du latin vir, qui a donné le mot « vertu »), et qu’il critique une féminisation des pensées, oui il le fait, comme l’ont fait (mais sous des formes diverses, je ne mets pas tous ces auteurs au même plan) Weininger, Lasch, ou Schneider dans Big Mother. On peut ne pas adhérer à cette vision des choses, mais ça n’est en rien de l’antisémitisme.

          Quant au caractère provocateur et même parfois violent des propos de Soral, est-il utile de rappeler que ce ne sont que des propos? A-t-il jamais ratonné quelqu’un? Frappé? Appelé indirectement à la violence sur une personne ou un groupe? Oui, il annonce qu’on ne fera pas la révolution sans casser des oeufs (bien que depuis un moments il dit le contraire et prône une non violence et une autonomie face au système plus qu’une révolution pure et dure, mais ses détracteurs pourront dans 10 ans lui ressortir cette vidéo). La violence n’est-elle pas autant et même largement plus du côté de la LDJ, du Bétar, (ou des antifas, ou des GUD et identitaires etc…), qui eux mènent des actions violentes? Donc la violence des mots, placée dans un cadre théorique (si on fait la révolution, il y aura des morts, c’est parfois le cas), je veux bien qu’on juge que c’est excessif, inapproprié, borderline. Mais en faire l’argument absolu pour déclasser définitivement sa pensée, je pense que Bakounine, Proudhon et Kropotkine doivent se retourner dans leurs tombes. La mention de la violence, ça fait partie aussi un peu du folklore anti-bourgeois. (et Soral reste un anti-bourgeois en droite ligne du marxisme dont il est issu).

          • ‘LOL’, comme vous dites plus bas.

            Lorsque vous défiez les gens d’apporter les preuves d’un antisémitisme de Soral ‘démontrable clairement à ce jour’, et que l’on vous demande de quelle manière il se laisse ‘démontrer clairement’, vous vous référez aux magistrats, qui se basent sur les lois que ce même Soral dénonce comme ineptes et partiaux…
            Si j’en crois vos propres propos, vous venez vous-même, et non pas moi, de « démontrer clairement à ce jour » l’antisémitisme de Soral, puisqu’il a effectivement été condamné à plusieurs reprises par les ‘magistrats’…
            Ce n’est même plus un amalgame, c’est plutôt ce qu’on appelle ‘creuser un vaste trou à chiotte et tomber soi-même dedans’.

            Lorsque Soral vend des livres de Ryssen et de Sombart sur Kontre Kulture, et que je le ‘soupçonne’ de reprendre les accusations antisémites du ‘projet inter- et supranational juif’, d »infection de la société par la pensée juive’, de ‘féminisation’, ‘rationalisation’, et ‘marchandisation’ de la société aux dépens de l »héroïsme national’, de la ‘virilité’, et de la culture identitaire, là je surinterprète…
            Mais lorsque vous accusez d’abord Agnès Soral de ne vouloir que renvoyer l’ascenceur à son frère pour ce que ce dernier avait écrit plusieurs années auparavant sur elle dans un livre, alors qu’elle aurait pu le faire des années plus tôt… Et qu’ensuite, vous changez maladroitement d’argument en disant qu’en fait, elle ne voulait que saisir un peu de la lumière des projecteurs braqués sur son frère en ce début d’année… Ce n’est pas de la surinterprétation, n’est-ce pas ?… Et bien en effet, ça n’en est pas… C’est plutôt carrément de la spéculation très changeante selon les contre-arguments que l’on vous apporte, doublée d’un arrangement des faits selon ce que vous souhaitez plutôt que selon ce qui est.
            Si vous vous étiez renseigné un peu, vous qui pensez tout savoir sur Soral, vous sauriez qu’elle s’est mise à tout déballer à la presse pour se distancier une fois pour toute et pour se protéger, elle, sa carrière, et sa profession, car elle se fait systématiquement interrogée partout où elle travaille, même à l’étranger pas les autorités…

            Ensuite, non, je n’ai jamais dit que si Soral vendait du Ryssen, du Blanrue, ou du Sombart sur Kontre Kulture, il en reprendrait forcément 1:1 toute la pensée et tous les propos.
            Il se trouve juste que c’était vous qui disiez qu’il s’agissait « pour le coup de la vraie extrême-droite plutôt identitaire », et que « aucun ne colle à la vision reconciliatrice [!] de Soral », vous rappelez-vous ?
            Je ne sais pas vous, mais moi, si la différence entre la « vision réconciliatrice de Soral » et la « pour le coup vraie extrême-droite plutôt identitaire » etétait si béante, je ne voudrais surtout pas, en tant que ‘réconciliateur’ amalgamer l’une à l’autre ne vendrais certainement pas les ‘ouvrages’ de cette dernière sur ma plateforme de vente en ligne…
            A moins que cette différence n’est pas si béante, comme vous le prétendez, mais vous évitez de revenir dessus, à ce que je vois.
            A moins que cette ‘vision réconciliatrice’ n’est qu’une façade marketing devant une pensée d’extrême-droite ‘national-socialiste’ (tel que Soral se définit lui-même) destinée aux idiots utiles comme vous qui se veulent ‘vachement ouverts’, ‘sans tabous’, ‘combattant la société de branle-mou’, et très ‘indépendants’…

            Non, la critique de la prétendue ‘féminisation de la pensée’ Weininger ou Lasch n’est pas antisémite, non, et ce n’est d’ailleurs jamais ce que j’ai dit. Et Ryssen, que Soral vend sur sa plateforme ?…

            « …(du latin vir, qui a donné le mot « vertu »)… »
            …!…
            Merci, jeune homme…

            Ensuite, non, je n’ai jamais prétendue la culture juive être plus scientifique qu’une autre. Je n’ai fait que reprendre les propos de Sombart, que Soral recommande et vend sur sa plateforme. Il faudrait peut-être que vous vous demandiez si ce n’est pas Soral qui le pense, donc, et pas moi. Moi je ne recommande ni ne vends les livres de Sombart, si jamais…

            – « Quant au caractère provocateur et même parfois violent des propos de Soral, est-il utile de rappeler que ce ne sont que des propos? A-t-il jamais ratonné quelqu’un? Frappé? Appelé indirectement à la violence sur une personne ou un groupe? »

            Pauvre ignare… Et vous prétendez tout savoir sur Soral…
            Allez trouver les vidéos dans lesquelles les 2 anciens co-auteurs de Soral, sur son premiers livres sur la mode – lorsqu’il faisait encore la pute avec les couturiers et les plateaux de télévision – qui se distancés de lui non pas à cause de ses propos, qui était déjà violemment ‘anti-Israël’ et ‘anti-arabes’, mais parce qu’il était physiquement violent et se battait sans arrêt partout dès que le moindre opportunité se présentait.
            Je ne vais pas vous trouver ces vidéos moi-même, pas le temps, et je vous ai déjà sufisamment aidé.

            – « Oui, il annonce qu’on ne fera pas la révolution sans casser des oeufs (bien que depuis un moments il dit le contraire et prône une non violence et une autonomie face au système plus qu’une révolution pure et dure, mais ses détracteurs pourront dans 10 ans lui ressortir cette vidéo). »

            Vous vous référez sans doute à la vidéo dans laquelle il déclare qu’il faudra « tuer quelques personnes si on veut sauver la France demain »… Oui…
            Sauf que si vous superposer cette déclaration à ces obsessions des juifs, et non seulement des ‘sionistes’, puisqu’il dénonce ouvertement les juifs, leur pensée, leur culture, et leur prétendue influence, et en plus à son conspirationnisme totalement maladif que vous dénoncez vous-même, son dessein commence à être beaucou plus évident.

            – « La violence n’est-elle pas autant et même largement plus du côté de la LDJ, du Bétar, (ou des antifas, ou des GUD et identitaires etc…), qui eux mènent des actions violentes?  »

            Euh… Oui, sauf que moi je ne suis pas ici pour défendre ni adhérer aux groupuscules que vous citez, tandis que vous, en ce qui concerne Soral, oui…
            Aussi ces groupuscules ne se font pas les petits épiciers d’idéologies nauséabondes en vendant quelconques livres de leur affiliation sur des plateformes et en en monnayant l’usufruit…

            – « La mention de la violence, ça fait partie aussi un peu du folklore anti-bourgeois. (et Soral reste un anti-bourgeois en droite ligne du marxisme dont il est issu). »

            « Alain Bonnet de Soral », anti-bourgeois… Oui, à n’en pas douter, vous savez de quoi vous parlez…
            « Selon sa sœur Agnès, il aurait également souffert, au cours de son enfance, de l’expropriation par l’État de terrains forestiers appartenant à son père1. »(http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Soral#Jeunesse.2C_premiers_essais_et_carri.C3.A8re_dans_le_milieu_du_spectacle)

  4. « En 1991, le pseudonyme de mon frère était ABS… Il souffrait de ne pas être connu et m’a demandé de l’aider pour vendre ses premiers livres qui n’avaient, à l’époque, rien de subversif. J’étais connue, j’avais déjà un nom, il ne lui restait qu’à se faire un prénom. Il est devenu Alain Soral. Mon nom à l’origine était Bonnet, originaire de Soral. Ce qui a donné le nom d’usage « Bonnet de Soral », que portent les papiers de mon frère.

    Une autre précision, notre grand-père ne s’appelait pas Solal qui a été changé en Soral comme le prétend mon frère dans une vidéo en ligne. Il y ment avec aplomb. Et cela montre qu’Alain est prêt à dire n’importe quoi pourvu que ça mousse. »

    « – Comment expliquez-vous que votre frère soit devenu aussi connu ?
    – Par l’outil du Web, par sa provocation dans ses vidéos et son acharnement à y arriver. Il est prêt à tout pour être célèbre. Même à provoquer le chaos. »

    (Agnès Soral, comédienne et soeur d’Alain Soral, dans Le Nouvel Observateur, rubrique ‘Société’, 16 janvier 2014.)

    • C’est la réponse de la bergère au berger. Alain Soral a aussi bien expliqué (dans un de ses livres)comment sa petite soeur avait « percé » dans le milieu du show biz. Normal qu’elle lui renvoie l’ascenseur. Charité bien ordonnée…

      • Si vous voulez sous-entendre par-là qu’il ne s’agirait que d’un ‘renvoi d’ascenseur’ de la part d’Agnès Soral envers son frère, et que ce qu’elle décrit et insinue dans le Nouvel Obs ne constituerait qu’une vile revanche sans fondement de vérité au sujet de son frère, vous devriez alors peut-être vous demander pourquoi elle ne se livre que maintenant…

        Elle aurait pu répliquer plus promptement après que son frère l’ait salie dans un de ses livres pas très récent. Or, il m’appert plutôt qu’elle n’avait nullement envie de s’abaisser au niveau d’un querelleur de bac à sable, très précisément tel qu’Alain Soral est décrit par ses anciens ‘compagnons’ qui ont tous tour à tour brûlé les ponts avec lui (Ahmed Moualek, ancien colistier dans le ‘Parti Anti Sioniste’, Olivier Mukuna, ami de Dieudonné, Marc George, ancien d »Egalité & Reconciliation’, Paul-Eric Blanrue, ‘essayiste’ autoproclamé, etc.). Il n’y a plus que Dieudonné ‘à ses côtés’, effort violent, plus par défaut de choix que par fidélité (voir querelles relatées entre ‘épouse’ de Dieudonné et Alain Soral).

        Et oui…

        • Soral fait parler de lui depuis peu (merci à Valls qui a mis un grand coup de projecteur) et la soeurette doit chercher à profiter de cette lumière indirecte pour satisfaire sa vengeance (qui n’aurait intéressé personne il y a encore quelques mois). Elle qui a disparu du PAF depuis longtemps. Ca me paraît évident.

          Ahmed Moualek: vous avez vu ses vidéos… Le niveau zéro de crédibilité. Un bouffon. Je connais moins Mukuna mais il me paraît très ethno-centré. Blanrue est dans la lignée des Ryssen: c’est pour le coup de la vraie extrême-droite plutôt identitaire. Forcément aucun ne colle à une vision réconciliatrice Soralienne. Sans parler que Soral n’est pas du genre à faire des concessions ou arrondir les angles (je pense que c’est assez évident que c’est un sanguin avec un caractère de cochon: pour autant ça ne le disqualifie en rien, sauf certainement pour faire de la politique en front office, et il l’a bien compris depuis longtemps).

          Quant au fait d’être seul: dois-je citer le nombre de philosophes ou littérateurs qui ont fini seuls parce qu’avec des idées trop iconoclastes? (Nietzsche, Schopenhauer, etc…) Quand on est entier, on se fait peu d’amis et beaucoup d’ennemis.

          • Que « la soeurette doit chercher à profiter de cette lumière », c’est une pure spéculation de votre part. Je note aussi que vous bifurquez sur un autre argument, puisque vous disiez auparavant qu’il ne s’agissait que d’une « réponse de la bergère au berger »…

            Concernant Blanrue et Ryssen, si la différence de leur pensée identitaire était si béante avec celle, ‘réconciliatrice’ de Soral, il faudrait peut-être se demander pourquoi Soral vend leurs livres sur Kontre Kulture…

            Non, vous ne devais pas citer le nombre de « philosophes ou littérateurs qui ont fini seuls parce qu’avec des idées trop iconoclastes », car là n’était absolument pas ce autour de quoi l’argument se portait. Vous disiez que le ‘complotisme’ était le seul défaut de Soral, et je vous réponds que ce n’est guère le cas . C’est à priori tout, et je le maintiens.

            « Quand on est entier, on se fait peu d’amis et beaucoup d’ennemis », dites-vous. C’est un point peut-être valable, quoique, il doit y avoir beaucoup d’exemples de personnes à la pensée très entières mais pourtant très magnanimes et aux capacités relationnelles développées. Mais alors, il faudrait m’expliquer l’intérêt de Soral à rester en contact avec ce clown paranoïaque, misogyne, et malheureux de Salim Laïbi… ‘Niveau zéro de crédibilité’ dites-vous au sujet de Moualek ? OK… Mais alors, soyez cohérent et ‘entier’, comme vous dites…

          • LOL. Parce que tous les livres que vend un libraire, il doit en assumer les propos?? Cet argument est impayable! :)))

            Pour le reste, je ne suis pas dans la tête de Soral ou sa soeur et vous non plus. Je partage votre point de vue sur Laibi, mais le sujet est Soral, inutile de digresser. Vieille technique éristique détournée : s’attaquer aux « amis » de la personne, plutôt qu’aux idées de la personne. Attaque ad hominem déguisée, mais personne n’est dupe. Quant à rester en contact avec des gens… Soral était bien en contact avec Naulleau, je ne pense pas qu’ils partagent beaucoup de points de vue communs. E&R a pris le parti de diffuser assez largement une certaine forme de pensée dissidente (y compris parfois assez éloignée de celle de Soral). Personnellement je sais trier le bon grain de l’ivraie donc ça ne me gêne pas beaucoup.

          • Soral propose une « vision reconciliatrice », c’est pour ça qu’il vend sur sa plateforme en ligne du Ryssen et du Blanrue que vous définissez vous-même comme « pour le coup de la vraie extrême-droite identitaire »… Le voilà, l’argument impayable ! :)))

            Non, je n’ai jamais dit qu’un libraire assumerait tous les propos des livres qu’il vend.

            Par contre, si vous définissez vous-même les écrits de Blanrue et Ryssen comme de la « pour le coup vraie extrême-droite plutôt identitaire », et Soral proposait comme vous dites une « vision reconciliatrice », je ne vois pas vraiment ce que l’une aurait en quoi que ce soit à voir avec l’autre… Je dirais même que les 2 sont très violemement antagonistes.
            Mais vous pouvez peut-être nous expliquer, ce que l’une a à voir avec l’autre, éclairez-nous donc de vos lumières…

            – « Pour le reste, je ne suis pas dans la tête de Soral ou sa soeur et vous non plus.  »

            Je ne suis pas non plus dans la tête de Soral ni de sa soeur non plus, sauf que vous n’avez rien lu, rien compris, rien su sur les motivations de cette dernière de parler à la presse, par contre vous prétendez un tas de choses tout le temps – et des choses très changeantes selon les faits que l’on vous dévoile au fur et à mesure…

            – « Je partage votre point de vue sur Laibi, mais le sujet est Soral, inutile de digresser. »

            Mais c’est vous qui tentiez de démontrer la qualité de ‘bouffon’ qui tient à Ahmed Moualek, pas moi.
            Vous tentiez d’expliquer par-là que si l’on est entier comme Soral, il ne serait pas étonnant que sa relation avec le ‘bouffon’ Ahmed Moualek en pâtisse.
            Si je suis votre raisonnement, comment se fait-il qu’il soit encore aux côtés de Salim Laïbi, dont vous partagez avec moi la désignation de ‘clown malheureux’ ?
            Et c’est bien là où je veux en venir: Non, cette soi-disant ‘entièreté’ et ‘cohérence’ de Soral n’est qu’un cache-misère de plus façon marketing à la ‘Weight Watchers’. Il met en avant sa cohérence et son entièreté lorsqu’il le peut, cache ses incohérences et sa lâcheté que l’on découvre lorsque l’on gratte un peu à droite et à gauche – macchiavelisme bien formaté pour ses sempiternelles vidéos sur internet.
            Son argumentation procède systématiquement de la même manière, incomplète au possible, elle ne retient que ce qui lui sert, ignore totalement ce qui lui déssert.

            – « Vieille technique éristique détournée : s’attaquer aux « amis » de la personne, plutôt qu’aux idées de la personne. »

            Faux… C’est vous qui tentiez de démontrer la prétendue ‘entièreté’ de Soral dans le fait qu’il ne soit pas étonnant qu’Ahmed Moualek se fasse jarter de la clique de Soral puisqu’il est un ‘bouffon’. Vous partagez mon opinion sur Salim Laïbi comme pauvre clown, mais là, par contre, il n’y a rien d’étonnant à ce que les deux ‘travaillent’ encore ensemble…
            L »entièreté’ de Soral, c’est du pipeau; il reste avec les personnes même les plus fantasques et ridicules tant qu’elles peuvent lui apporter le moindre brimborion, et ne les jette que lorsqu’il n’y a plus de choix.

            – « Attaque ad hominem déguisée, mais personne n’est dupe. »

            Faux également. C’est vous qui aviez commencé à dresser les qualités (analyses) et les défauts (complotisme, liens de cause à effet inexistants) de Soral. Je n’ai fait que répondre – mais mieux et plus précisément. Alors forcément, quand c’est mieux, ça devient de la vile ‘attaque ad hominem’…

            – « Personnellement je sais trier le bon grain de l’ivraie donc ça ne me gêne pas beaucoup. »

            Aïe… Vous risquez de souffrir de quelque indigestion en mangeant votre pain…

  5. – « Les sionistes sont dans leur logique, pour eux, nous sommes des ‘goyim’, c’est à dire des sous-hommes. »
    (Alain Soral)

    Origine du mot ‘goy’:
    ‘nation’, ‘peuple’: http://en.wikipedia.org/wiki/Goy
    ‘genti’, ‘gens’, ‘gentihommes’: http://en.wikipedia.org/wiki/Gentile

    – « Et vous savez pourqui ils ont sauvé la Grèce ? Pas par altruisme. C’était pour augmenter l’encours de la dette grecque et pour faire juter les intérêts au bénéfice des créanciers américains comme Goldman Sachs. On voit bien que l’argent remonte toujours a Wall Street. »
    (Alain Soral)

    Détention de la dette grecque:
    http://blogs.telegraph.co.uk/finance/matspersson/100015389/in-2015-85-of-greeces-debt-will-be-owned-by-european-taxpayers/

    Les banques américaines en détiennent moins de 4%; la majeur partie est détenue par la BCE.

    C’est qui, qui pratique l’amalgame volontaire à des fins manipulatrices de bas étage ?

  6. Ce que je vois avant tout, c’est que vous ne voulez rien admettre – à l’origine, parce que vous n’aviez strictement rien compris, ensuite parce que vous vous braquez et n’entrez plus dans l’argument – à l’exemple que je vous ai amené d' »amalgamage volontaire » et de « manipulation de bas étage » de la part de Soral concernant’Wall Street’ et la dette grecque à ‘faire juter’.

    Quant à l’autre exemple de manipulation aux ficelles grosses comme des camions de la part de Soral sur les ‘goys’ et les ‘sionistes’, vous n’entrez même pas en matière…

    Merci à vous aussi pour cette discussion, j’aurais préféré avoir affaire à un contradicteur de bonne foi, ô combien rare.

    • Je n’ai lu que cette réponse (le reste je n’ai pas besoin de le lire pour savoir ce que j’y trouverai) mais je crois que les gens auront bien compris de quel côté se situe l’hystérie, l’agressivité et la haine. 😉

      Bien à vous,

  7. En effet, ils y verront c’est vous qui commenciez à me qualifier agressivement et hystériquement de ‘complètement à côté de la plaque’… 😉

    Je me suis pris la peine de lire toutes vos répliques superficielles, inutiles, et pleine de très fières recommandations de lecture uniquement afin de vous démontrer au mieux l’illogisme, sinon les auto-contradictions de vos non-arguments.

    Une fois ce travail fait, vous n’osez plus entrer en matière, bien sûr. Soit à court d’arguments, soit en réalisant l’ineptie de ceux que vous avez produits, vous menez en dernier recours pour le coup de l’attaque ad hominem véritable – vous n’avez rien d’autre. 😉

    Cordialement,

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*