Éditorial : le décliniste repenti

[Cet article est paru initialement dans PHILITT #11] J’ai longtemps cru au déclin de la littérature. J’y croyais dur comme fer. C’était d’ailleurs plus qu’une croyance, c’était un savoir : la littérature était en déclin. C’était un fait incontestable, une vérité telle que seules les sciences dures peuvent en établir. C’était aussi vrai que deux et…

Continuer la lecture

Érick Audouard : « Pour Castellani, la grande littérature ne vient jamais de la littérature »

Les éditions Artège viennent de faire paraître La Vérité ou le néant, deuxième recueil de textes de Leonardo Castellani en français après celui publié en 2017 chez Pierre-Guillaume de Roux. Traduite et préfacée par l’écrivain Érick Audouard, cette nouvelle anthologie permet de se familiariser avec la pensée de Castellani et de comprendre le caractère intransigeant…

Continuer la lecture

« Ramuz est obsédé par la question de la permanence et souffre d’être confronté au constat de l’éphémère »

L’écrivain suisse Charles-Ferdinand Ramuz, malgré son importance dans l’histoire de la littérature, ne bénéficie toujours pas, du moins en France, de la reconnaissance qu’il mérite. Avec la « petite bibliothèque ramuzienne », les éditions Zoé cherchent à mieux le faire connaître au public d’aujourd’hui.  Stéphane Pétermann, responsable de recherche au Centre des littératures en Suisse…

Continuer la lecture

Paul-François Paoli : « Jean-Luc Marion participe d’une critique éclairée de l’optimisme des Lumières »

Paul-François Paoli est écrivain et journaliste au Figaro. Il vient de faire paraître À vrai dire (Cerf), un livre d’entretiens avec le philosophe et académicien Jean-Luc Marion. Dans cet ouvrage, celui-ci aborde les grands thèmes de sa pensée (amour, donation, vérité), mais également son parcours ainsi que les crises de notre temps. PHILITT : Philosophe…

Continuer la lecture

François Angelier : « Bloy a d’abord été converti à Napoléon avant d’être converti au Christ »

François Angelier est journaliste, éditeur et auteur. Il produit notamment l’émission « Mauvais genres » sur France Culture. Dans la collection Golgotha qu’il dirige chez Jérôme Millon, il vient de faire paraître et de préfacer une nouvelle édition de L’âme de Napoléon de Léon Bloy. PHILITT : Vous écrivez dans votre préface que « pour Bloy, Napoléon…

Continuer la lecture

Du conformisme de la « gauche morale » à celui du « politiquement incorrect » : retour sur une décennie médiatique

Depuis le début des années 2010, le monde médiatique et intellectuel a vu l’hégémonie de la « gauche morale » s’effriter avec l’apparition de figures non-conformistes occupant une place de plus en plus importante. Si elles restent minoritaires, elles initient souvent les débats autour de thèmes clivants. Mais ce politiquement incorrect revendiqué relève-t-il d’un authentique esprit critique ?…

Continuer la lecture

Michaël Rabier : « Pour Gómez Dávila, le conservateur a toujours un temps de retard sur l’histoire »

Michaël Rabier est docteur en philosophie et membre associé du Laboratoire Hannah Arendt (Lipha) de l’Université Paris XII. Dans Nicolás Gómez Dávila, penseur de l’antimodernité (2021, L’Harmattan, collection « Théôria»), il expose avec érudition la pensée d’un écrivain encore méconnu. Le « réactionnaire authentique » a en effet souffert de sa radicalité philosophique malgré la profondeur…

Continuer la lecture

Sébastien Lapaque : « La vie et l’œuvre de Michel Bernanos sont nimbées d’un halo émouvant et tragique »

Les éditions de L’Arbre vengeur viennent de rééditer le quatrième volume de la tétralogie romanesque de Michel Bernanos intitulé Le Murmure des Dieux. Sébastien Lapaque, qui en a écrit la préface, revient sur l’existence singulière de l’écrivain au Brésil, sa vision du monde et sa difficile incursion dans le monde des lettres. PHILITT : Michel…

Continuer la lecture

« Ce monde est tellement beau » de Sébastien Lapaque : le dévoilement de l’Immonde

Dans Ce monde est tellement beau (Actes Sud, 2021), le journaliste et écrivain Sébastien Lapaque raconte l’histoire de Lazare, un banal professeur de lycée dont l’existence va être bouleversée par la révélation de l’Immonde, c’est-à-dire le monde moderne et son ricanement perpétuel, ce « rire qui toujours nie ». Le livre de Sébastien Lapaque aurait dû s’appeler…

Continuer la lecture