Yves-Marie Bercé : « Les Temps modernes sont l’époque de la théâtralité »

Dans son dernier ouvrage, Bons princes et ministres haïssables aux XVIe et XVIIe siècles (éditions du Cerf), l’historien Yves-Marie Bercé de l’Institut livre une étude autant historique que littéraire. A travers des récits anecdotiques de princes qui se dissimulent sous un déguisement pour échapper à un funeste destin ou partir à la recherche d’une princesse…

Continuer la lecture

Emmanuel Godo : « Barrès est un nationaliste cosmopolite qui sait d’où il vient »

2023 marque le centenaire de la mort de Maurice Barrès. Si le nom de l’écrivain académicien reste encore aujourd’hui dans certaines mémoires, c’est bien souvent pour de mauvaises raisons et son nom n’est prononcé que pour être vilipendé : nationaliste, antisémite, précurseur du fascisme, va-t-en-guerre et autres joyeux qualificatifs qu’il faut nuancer et, pour certains, réfuter……

Continuer la lecture

Maurizio Serra : « D’Annunzio est un Italien de la Renaissance »

Il y a cent soixante ans naissait Gabriele D’Annunzio (1863-1938), sans doute l’écrivain le plus prolifique, admiré, détesté, honni, décrié et clivant de l’histoire de la littérature italienne. En proie à des clichés et des jugements à l’emporte-pièce persistants, il a, dès son vivant et jusqu’à nos jours, toujours suscité des jugements extrêmes. Mais qu’en…

Continuer la lecture

Julien Syrac : « La crise du Covid, ce lourd fardeau d’être moderne en mode mineur »

Déshumanité, imposant premier essai de Julien Syrac, romancier, poète et traducteur de 32 ans, est le portrait de notre société libérale contemporaine à l’heure du Covid, tout autant qu’un exposé nourri d’idées fusantes autour d’une thèse principale : la lutte entre réalisme et romantisme politique, de Pascal et Rousseau à Houellebecq, Wohlleben et Alice Coffin. Déshumanité…

Continuer la lecture

Juan Asensio : « Le pestiféré Abel Bonnard montre toute la nudité monstrueuse du monde »

Éternel coupable compromis auprès de l’Action française d’abord, puis de Vichy et enfin des Allemands au sein de la galaxie des ultras de la Collaboration, Abel Bonnard, poète, romancier, grand voyageur, académicien et ministre de l’Éducation nationale du maréchal Pétain, est victime d’une occultation totale. Pourtant, il fut un styliste à la plume d’une beauté…

Continuer la lecture

Jacques Bressler : «Pour Gobineau, les mouvements sociaux et politiques ne changent rien au destin d’une civilisation »

Joseph-Arthur de Gobineau (1816-1882) est l’écrivain maudit de la littérature française. Ignoré de son vivant, quand il n’était pas moqué, il a rencontré un succès posthume considérable en Allemagne au début du XXe siècle, ce qui lui a valu plus tard la triste réputation d’inspirateur du racisme et du nazisme. Or, comme le disait Hubert…

Continuer la lecture

Yves Pouliquen : « L’Académie a fait la Révolution, mais elle lui a échappé »

Dans cet entretien testamentaire accordé à PHILITT deux jours avant son décès (survenu le 5 février 2020), le Professeur Yves Pouliquen, ophtalmologue, éminent chirurgien de l’œil, membre de l’Académie française et de l’Académie nationale de médecine, revient sur la tumultueuse histoire de l’Académie française durant la période trouble de la Révolution, qu’il a traitée dans…

Continuer la lecture

Tadao Takemoto : « Le bushidô est l’alliance de la valeur guerrière et de la transcendance »

Tadao Takemoto, professeur émérite de l’université de Tsukuba, ancien professeur invité du Collège de France, est le descendant d’une longue lignée de samouraïs. Il a pratiqué le bouddhisme zen en suivant l’enseignement de deux maîtres zen : Shin’ichi Hisamatsu et Daisetz Teitaro Suzuki. Traducteur et collaborateur d’André Malraux ainsi que de Jean Grenier, il a…

Continuer la lecture

Thierry Bouclier : « Alphonse de Châteaubriant n’a jamais vraiment été pris au sérieux par les autres collaborateurs »

Écrivain mondain et célébré, récipiendaire du prix Goncourt en 1911 pour Monsieur des Lourdines, pressenti à l’Académie française, Alphonse de Châteaubriant évolue, à partir des années trente, vers un mysticisme superstitieux et se compromet, avec son essai La Gerbe des forces écrit en 1937, dans une collaboration assumée et totale avec l’Allemagne hitlérienne, avant de…

Continuer la lecture