Thierry Bouclier : « Alphonse de Châteaubriant n’a jamais vraiment été pris au sérieux par les autres collaborateurs »

Écrivain mondain et célébré, récipiendaire du prix Goncourt en 1911 pour Monsieur des Lourdines, pressenti à l’Académie française, Alphonse de Châteaubriant évolue, à partir des années trente, vers un mysticisme superstitieux et se compromet, avec son essai La Gerbe des forces écrit en 1937, dans une collaboration assumée et totale avec l’Allemagne hitlérienne, avant de…

Continuer la lecture

Libération contre l’infâme

Le très résistant quotidien Libération s’inquiète de la réédition d’œuvres de « collabos ». Jusqu’où nous mènera la censure consensuelle de « l’infamie » ? « Doit-on republier l’infâme ? », se demande le « quotidien de gauche » Libération. L’interrogation ne vise pas les centaines de romans médiocres publiés lors des bien mal nommées « rentrées littéraires », ni les innombrables auto-fictions d’auteurs…

Continuer la lecture

David Cumin : « Carl Schmitt est un catholique prussien, un Prussien catholique »

Maître de conférences (HDR) à l’Université Jean Moulin-Lyon III, Faculté de Droit, et membre du CLESID, David Cumin est un spécialiste reconnu de l’œuvre de Carl Schmitt dont il a publié une Biographie politique et intellectuelle en 2005. Nous revenons ici sur l’actualité et la réalité d’une pensée controversée. PHILITT : Dans votre biographie politique et intellectuelle…

Continuer la lecture

François Gibault : « Au plus fort de la tempête, si Céline voulait rigoler, il rigolait »

François Gibault est avocat, écrivain et spécialiste de l’œuvre de Louis-Ferdinand Céline. Il lui a notamment consacré une biographie de référence et plusieurs essais. Il est également l’exécuteur testamentaire du docteur Destouches. Maître Gibault nous a reçu chez lui pour discuter d’un thème précis : l’humour chez Céline. PHILITT : Dans D’un château l’autre, Céline…

Continuer la lecture

Les Décombres de Lucien Rebatet : portrait d’un fasciste français

« Je sais depuis  ces heures-là comment on peut haïr à mort », écrit Lucien Rebatet dans Les Décombres après que Geroges Mandel, ministre de l’intérieur du gouvernement Reynaud, a fait arrêté plusieurs amis de l’écrivain. Véritable synthèse de l’esprit de collaboration, ce journal est un document historique sans pareil. Apologète d’Hitler, ami de Robert Brasillach…

Continuer la lecture