Tentatives de récupération : le délicat parcours de Malaparte après le fascisme

Enfant terrible du fascisme, qu’il a embrassé autant par fascination que par opportunisme, Malaparte cultive l’ambiguïté jusqu’à sa mort. Courtisant autant que courtisé, par les communistes autant que la droite chrétienne, remaniant sa propre histoire sans jamais se renier, il aborde la fin des années 1940 avec le souci de se refaire une virginité, indispensable…

Continuer la lecture

Qui aura la peau de Malaparte ?

Pour Curzio Malaparte, la libération de l’Italie du joug mussolinien par les Alliés est une illusion. L’écrivain y voit plutôt le triomphe du matérialisme et du consumérisme. Surtout, il déplore la misère qui frappe le peuple napolitain en même temps que la décadence dans laquelle se vautrent ses élites. Dans La peau qui paraît en…

Continuer la lecture

Sur les pas de Pasolini

Sélectionné pour le prix essai Renaudot, le premier livre de Pierre Adrian, un jeune auteur de vingt-trois ans, évoque son voyage à travers l’Italie sur les traces de Pasolini. La quête de Pierre Adrian débute sur le sable gris et sale d’une misérable plage d’Ostie, symbole d’une Italie triste et sclérosée par la crise. Il…

Continuer la lecture

Fascisme, drogue et révolution : l’épisode du Carnaro

C’est sur la côte dalmate, à la frontière italo-croate, qu’exista pendant à peine quatre mois, d’août à décembre 1920, la Régence italienne du Carnaro, État utopique arraché aux convoitises internationales et dont l’indépendance fut proclamée par le poète Gabriele d’Annunzio. Cette entreprise extraordinaire parvint à unir, le temps d’une révolution, l’anarcho-syndicalisme au nationalisme, la musique…

Continuer la lecture