Pour ne pas en finir avec la tradition

Si les grands récits de la modernité occidentale se fissurent dans le contexte d’une post-modernité qui les désavoue en les relativisant à l’excès, il n’y a plus à douter que les causes de leur abandon sont à trouver dans la modernité elle-même. Celui qui fut professeur de philosophie ancienne et médiévale à l’université de Nancy…

Continuer la lecture

« L’Homme du ressentiment » de Max Scheler ou l’erreur de Nietzsche

Dans L’Homme du ressentiment, le philosophe allemand Max Scheler (1874-1928) accuse Nietzsche d’avoir vu l’origine de cette passion triste dans le christianisme. À ses yeux, il s’agit d’une erreur considérable qui met en question les fondements même de la chrétienté. Pour Scheler, le ressentiment provient bien plutôt du paganisme et trouve son expression la plus…

Continuer la lecture

Béatrice Fonck : « Pour Ortega y Gasset, l’homme-masse est un individu sans éducation et sans passé »

Professeur émérite de civilisation espagnole à l’Institut catholique de Paris, Béatrice Fonck publie aux Belles Lettres José Ortega y Gasset. Penseur de l’Europe, une biographie de référence qui permet de découvrir plus amplement le philosophe espagnol, souvent réduit, en France du moins, à son livre phare La Révolte des masses. PHILITT : De quel milieu sociologique…

Continuer la lecture

La genèse des ordres chez Spengler : une « métaphysique de l’humanité supérieure »

Disons-le clairement : le Déclin de l’Occident n’est pas le premier livre auquel on songe pour un pique-nique bucolique entre amis. Vaste synthèse historique d’un millier de pages à l’érudition foisonnante, l’ouvrage, publié en deux volumes (1918 et 1922), fait partie de ceux qui se méritent. L’histoire des ordres, inséparable du devenir des civilisations, nous…

Continuer la lecture

Foucauld Giuliani : « Mounier abhorre la figure du chrétien tranquille et à l’aise dans son siècle »

Les éditions Salvator rééditent L’Affrontement chrétien, texte d’Emmanuel Mounier (1905-1950) écrit pendant la Seconde Guerre mondiale. Foucauld Giuliani, professeur de philosophie et fondateur du café associatif Le Dorothy, a rédigé l’introduction de la présente édition dans laquelle il revient sur les ambiguïtés du livre et sur les accusations formulées à son encontre notamment par l’historien…

Continuer la lecture

Joachim Le Floch-Imad : « Pour Tolstoï, l’artiste a un devoir d’insoumission à l’égard des mensonges du monde moderne »

Diplômé de Sciences Po et de la Sorbonne, Joachim Le Floch-Imad est directeur de la Fondation Res Publica. Dans Tolstoï. Une vie philosophique (Cerf), son premier livre, il s’applique à décrire avec précision l’évolution philosophique de Tolstoï et à mettre en lumière des sources parfois méconnues (Arthur Schopenhauer, Joseph de Maistre) ou du moins éclipsées…

Continuer la lecture

Fin de l’histoire et triomphe de la raison selon Cournot

L’accomplissement de la raison dans les sociétés occidentales tend à les stabiliser définitivement en substituant aux passions la décision réfléchie, et aux institutions traditionnelles le progrès technique. D’après Antoine-Augustin Cournot (1801-1877), c’est là le destin inéluctable de toute société. À terme, la diversité des cultures, des mœurs et des pratiques évoluera vers une standardisation des…

Continuer la lecture

Puritanisme et révolution : les racines protestantes du radicalisme politique moderne

L’on insiste souvent, à la suite de Max Weber, sur les racines protestantes de l’esprit du capitalisme et sur le rôle particulier du calvinisme dans la naissance de l’économie moderne. Il ne faudrait cependant pas mettre l’accent sur l’économique au point d’oublier le politique. En réalité, le protestantisme, en particulier dans son versant puritain, a…

Continuer la lecture