L’option bénédictine de Rod Dreher : un pari antimoderne ?

Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus ? Telle est l’interrogation que formule Le Pari bénédictin de Rod Dreher (2017). Si le journaliste américain se déclare ouvertement conservateur, sa critique conjointe des idéologies progressistes et des pseudo-solutions conservatrices ou réactionnaires habituelles se rapproche à maints égards d’une sensibilité antimoderne. Le « pari bénédictin » constitue-t-il…

Continuer la lecture

Pierre Glaudes : « Bloy n’a pas son pareil pour explorer le négatif de la modernité »

Pierre Glaudes est historien de la littérature, professeur à la Sorbonne et l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’œuvre de Léon Bloy, notamment : Léon Bloy, la littérature et la bible (Belles Lettres, 2017). Avec Jean-Baptiste Amadieu, il a dirigé la publication des actes du colloque international consacré à l’auteur du Désespéré pour les cent ans…

Continuer la lecture

L’attente est notre cloître

À la différence de l’éternité divine, l’existence humaine est temporelle dans toute l’épaisseur de sa condition charnelle. Pourtant, en ne tolérant plus la lenteur au nom de la performance, c’est la temporalité humaine que la modernité technicienne s’emploie à combattre. Habiter le temps par l’attente s’avère alors la voie de résistance propice à la redécouverte…

Continuer la lecture

Roger de Bussy-Rabutin : que faire du panache dans le monde moderne ?

Dans D’Artagnan amoureux, Roger Nimier choisit de faire de Bussy-Rabutin un personnage de roman. Soldat, libertin et académicien, Bussy était un personnage baroque, aventurier de la politique et des lettres. Pour présenter ce personnage historique et littéraire à notre lecteur, on pourrait reprendre l’épitaphe de Cyrano de Bergerac composée par Edmond Rostand : « Rimeur, bretteur, écrivain,…

Continuer la lecture

Pour ne pas en finir avec la tradition

Si les grands récits de la modernité occidentale se fissurent dans le contexte d’une post-modernité qui les désavoue en les relativisant à l’excès, il n’y a plus à douter que les causes de leur abandon sont à trouver dans la modernité elle-même. Celui qui fut professeur de philosophie ancienne et médiévale à l’université de Nancy…

Continuer la lecture

« L’Homme du ressentiment » de Max Scheler ou l’erreur de Nietzsche

Dans L’Homme du ressentiment, le philosophe allemand Max Scheler (1874-1928) accuse Nietzsche d’avoir vu l’origine de cette passion triste dans le christianisme. À ses yeux, il s’agit d’une erreur considérable qui met en question les fondements même de la chrétienté. Pour Scheler, le ressentiment provient bien plutôt du paganisme et trouve son expression la plus…

Continuer la lecture

Béatrice Fonck : « Pour Ortega y Gasset, l’homme-masse est un individu sans éducation et sans passé »

Professeur émérite de civilisation espagnole à l’Institut catholique de Paris, Béatrice Fonck publie aux Belles Lettres José Ortega y Gasset. Penseur de l’Europe, une biographie de référence qui permet de découvrir plus amplement le philosophe espagnol, souvent réduit, en France du moins, à son livre phare La Révolte des masses. PHILITT : De quel milieu sociologique…

Continuer la lecture

La genèse des ordres chez Spengler : une « métaphysique de l’humanité supérieure »

Disons-le clairement : le Déclin de l’Occident n’est pas le premier livre auquel on songe pour un pique-nique bucolique entre amis. Vaste synthèse historique d’un millier de pages à l’érudition foisonnante, l’ouvrage, publié en deux volumes (1918 et 1922), fait partie de ceux qui se méritent. L’histoire des ordres, inséparable du devenir des civilisations, nous…

Continuer la lecture