Grégor Puppinck : « Avec la Déclaration de 1948, les États font primer la personne sur le principe de souveraineté » (1/2)

Grégor Puppinck est docteur en droit, expert auprès du Conseil de l’Europe et directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ). Il a reçu, en 2016, le prix de l’humanisme chrétien pour son ouvrage La Famille, les droits de l’homme et la vie éternelle (L’Homme Nouveau). Il vient de publier Les droits…

Continuer la lecture

Michéa : la logique libérale contre l’autonomie individuelle

Dans son dernier ouvrage, Le loup dans la bergerie (Flammarion, Climats, 2018), Michéa s’évertue à actualiser sa thèse de l’unité du libéralisme, politique, culturel et économique et à l’approfondir sous l’angle du lien entre droits de l’homme et société libérale. Michéa rappelle que la protection des droits individuels n’a pas attendu le XVIIIe siècle pour…

Continuer la lecture

Michael Edwards : « Voir un peuple défendre sa langue me réjouit » (2/2)

Sir Michael Edwards est membre de l’Académie française et professeur au Collège de France à la chaire d’Étude de la création littéraire en langue anglaise. Il revient, pour PHILITT, sur son dernier ouvrage, Dialogues singuliers sur la langue française (2016), et évoque les liens indéfectibles entre les langues anglaise et française à travers l’histoire mouvementée des deux nations.  PHILITT…

Continuer la lecture

Michéa : l’État, indispensable instrument du libéralisme

Érigé sur le dogme de la privatisation de la morale, le libéralisme génère des revendications croissantes de droits individuels qui nécessitent une régulation de l’État. Celui-ci légitime son interventionnisme objectif au nom de l’idéal de neutralité libérale qu’il entend également imposer à la conscience de ses citoyens. Dénonçant ce totalitarisme libéral, Jean-Claude Michéa prône le recours à un socialisme non…

Continuer la lecture

Au-delà des droits de l’homme d’Alain de Benoist : une critique du droit contaminé par la morale

Dans un édito de la revue Éléments, Alain de Benoist expliquait que notre époque vivait le glissement de l’ancienne morale à un moralisme omniprésent. Face à cet impérialisme, il en appelait aux « libertins ».1 Son dernier essai, paru chez Pierre-Guillaume de Roux (réédition largement augmentée d’un ouvrage du même titre publié chez Krisis en 2004), propose…

Continuer la lecture

Jean-Yves Pranchère : « La tension entre droits de l’homme et droits des peuples est irréductible »

Jean-Yves Pranchère est professeur de théorie politique à l’Université libre de Bruxelles. Spécialiste de la pensée contre-révolutionnaire, il a notamment publié L’Autorité contre les Lumières : la philosophie de Joseph de Maistre (Droz, 2004) et Louis de Bonald, Réflexions sur l’accord des dogmes de la religion avec la raison (Éditions du Cerf, 2012). Son dernier…

Continuer la lecture