Incendie de Notre-Dame de Paris : faut-il que le mal survienne pour que la littérature nous sauve ?

Il a fallu l’attentat de Charlie Hebdo pour que les Français lisent le Traité sur la tolérance (1763) de Voltaire. Il a fallu les attentats du 13-Novembre pour que les Français lisent Paris est une fête (1964) d’Ernest Hemingway. Après le terrible incendie qui a frappé Notre-Dame de Paris, c’est désormais le livre éponyme de…

Continuer la lecture

Tentatives de récupération : le délicat parcours de Malaparte après le fascisme

Enfant terrible du fascisme, qu’il a embrassé autant par fascination que par opportunisme, Malaparte cultive l’ambiguïté jusqu’à sa mort. Courtisant autant que courtisé, par les communistes autant que la droite chrétienne, remaniant sa propre histoire sans jamais se renier, il aborde la fin des années 1940 avec le souci de se refaire une virginité, indispensable…

Continuer la lecture

Charles Maurras, de la poésie au royalisme

On aurait voulu l’oublier, le laisser croupir avec les rebuts de l’histoire. Pourtant, cent cinquante ans après sa naissance, Charles Maurras est de retour. Grâce à sa récente réédition dans la collection Bouquins, nous sont restitués l’essentiel de sa pensée politique, ainsi que son œuvre littéraire, trop souvent négligée. L’occasion de découvrir, derrière l’affreux pétainiste…

Continuer la lecture

Ernest Psichari, prince de la jeunesse en armes

1913 : la France cède aux « douces romances » du pacifisme. Sous l’influence de l’intelligentsia parisienne, la jeunesse française se désintéresse de la guerre et des soldats. Contre le parti des intellectuels, Ernest Psichari, un jeune officier d’artillerie coloniale, publie son deuxième roman, un roman à thèse, dont le mot d’ordre est le « militarisme intégral ». Achevé sous…

Continuer la lecture

Jean d’Ormesson : pourquoi la « littérature du bonheur » est l’antilittérature

Le décès de Jean d’Ormesson donnera lieu à des éloges sans doute exagérés. Dans ce concert de louanges saluant « le meilleur de l’esprit français », d’autres ne manqueront pas d’attaquer avec un malin plaisir le talent incertain d’une personnalité agaçante. Mais la question essentielle est au-delà : la littérature qu’il voulait incarner est-elle véritablement de…

Continuer la lecture

Le soufisme, source et fin de la poésie en islam ?

La collection Théôria de l’Harmattan, dirigée par Pierre-Marie Sigaud, publie Le soufi et la poésie, traduction d’un ouvrage de Mahmut Erol Kiliç, islamologue à l’université d’Istanbul. Cette étude vise à mettre en avant ce que doit la poésie de langue turque au vocabulaire soufi, dans ses aspects formels mais également dans ses aspects les plus profonds….

Continuer la lecture

Michel Déon : « Il n’y a pas un livre de Nimier qui résiste à l’épreuve du temps »

Pour la seconde partie de son entretien accordé à PHILITT, Michel Déon a choisi de revenir sur ses années de journalisme à l’Action française auprès de Charles Maurras et ses relations avec les autres membres du groupe des Hussards, pour terminer sur un constat désabusé de la production littéraire française actuelle. PHILITT : Avant d’être romancier,…

Continuer la lecture

Le Meilleur des mondes ou l’illusion d’un bonheur éternel

Le visionnaire Aldous Huxley, dans sa célèbre dystopie Le meilleur des mondes, crée une société fictive mêlant productivisme, technocratisme, eugénisme et contrôle intégral de l’individu. En préfigurant les totalitarismes, il a montré avant l’heure en quoi le scientisme aveugle ne pouvait mener qu’au désastre. Paru en 1932, période de la montée des nationalismes et des totalitarismes, Le…

Continuer la lecture