Accueil / Littérature / « L’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches. » Céline

« L’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches. » Céline

Céline, marqué par la Grande Guerre, est un profond pessimiste. Bien qu’il soit médecin, son mépris du genre humain est total. Le philanthrope est lucide. Il sait que la bête qu’il soigne a la rage. A ses yeux, l’homme est un petit animal ridicule : fini, imparfait et médiocre. Mais comme tous les petits chiens, il est belliqueux. Ce pitoyable clebs gueulard excelle dans la boucherie. Céline, lui, est végétarien. Les charniers ne lui ouvrent pas l’appétit. 14-18 a mutilé son corps, 39-45 hantera longtemps son esprit.

Si Céline se défie des hommes, car « leur faire confiance s’est déjà se faire tuer un peu », il passera sa vie à les soigner. Céline est paradoxal, sacrificiel. C’est Jésus. Le médecin des pauvres chérit ce qu’il hait le plus. Cet être qui le débecte, il devra le toucher, le rassurer, le sauver. Altruiste masochiste. Sublime docteur Destouches.

Céline a compris que l’homme est par excellence l’être du manque, de la limite, de la finitude. Cette condition est une fatalité. Pour se sentir exister dans la nuit, le caniche a besoin d’une lumière, d’une idée qui le détourne du sinistre réel. L’infini est une de ces idées. C’est une trace ironique que le Créateur a laissé en nous. Mais cette transcendance ultime nous excède, nous écrase et nous ne la comprenons pas. Car l’infini, c’est le contraire de l’homme.

En revanche, l’amour, petite transcendance médiocre, est « à notre portée » . C’est un ersatz infâme qui cherche à concilier deux entités hétérogènes : le fini et l’infini. L’homme et Dieu. Comme Schopenhauer, Céline voit dans l’amour une ruse de la raison. Une illusion perverse qui veut satisfaire un désir absurde d’immortalité. Car, dans le phénomène amoureux, l’homme prend pour un but individuel un but générique. La volonté métaphysique est trompeuse. Derrière la conception romantique et exclusive de l’amour se cache une finalité immanente et biologique : la perpétuation de l’espèce.

Ouaf ouaf!

M.

Un commentaire

  1. Louis-Ferdinand Céline est un être dans lequel je me reconnais beaucoup. Mon prénom est similaire à son nom de famille. Je suis une femme. Il était un homme. Et pourtant, il semble rejeter l’affection en décrivant l’homme avec les justes mots conformes à ma plus profonde pensée. Il est écrivain, il m’ôte les mots de la bouche. Si je devais dire à quoi il pensait et pourquoi il le pensait, je répondrais que Dieu nous a dotés d’une capacité de penser, de réfléchir, qui font notre faiblesse. Parce qu’en pensant, nous prenons conscience de notre solitude que nous cherchons à combler à tout prix, et c’est le point de départ de ce qu’appellent les hommes communément : « l’amour ». Mais ça n’existe pas, tout ce qui est relatif à ce « sentiment », est illusoire, c’est le produit de notre imagination, chaque homme en croyant aimer, toujours, s’enferme dans sa bulle et imagine d’une façon on ne peut plus utopique, la perfection… Louis Ferdinand Céline a eu beaucoup d’humanité à soigner les hommes, qui sont pourtant pour lui, représentants de la finitude, de la médiocrité. Franchement, je l’apprécie beaucoup lui et sa plume.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*