Le capitalisme selon Houellebecq : vers un ralliement au distributisme de Chesterton (3/3)

Face à un système capitaliste « incapable de fournir un sens », Houellebecq ébauche tout de même une solution. Il évoque à plusieurs reprises dans ses derniers romans la philosophie économique du distributisme, développée par l’écrivain anglais Gilbert Keith Chesterton. « S’il est un nom que l’on ne s’attendait pas à trouver dans l’œuvre de…

Continuer la lecture

Le capitalisme selon Houellebecq : l’éloge de la société pré-industrielle (2/3)

Houellebecq opère régulièrement dans ses romans un travail de dénigrement de l’économie, la présentant comme une science vile et méprisante. Dans Plateforme, pourtant un roman au sein duquel se trouvent de longs développements économiques, l’écrivain aime à rappeler que « l’économie est un mystère ». Le héros déclare même, après avoir longuement parlé de la…

Continuer la lecture

Le capitalisme selon Houellebecq : une « lutte perpétuelle qui ne peut jamais avoir de fin » (1/3)

« Qu’est-ce qui définit un homme ?, questionne le narrateur de La Carte et le territoire. C’est sa place dans le processus de production, et pas son statut de reproducteur, qui définit avant tout l’homme occidental ». Cette vision de l’économie qui envahit les vies et fait de l’homme un simple agent économique est fondamentale…

Continuer la lecture

Michel Houellebecq, la rédemption par l’écriture

Rares sont les écrivains qui ont su, comme Céline, « mettre [leur] peau sur la table », c’est-à-dire payer de leur propre personne, se sacrifier secrètement à travers leurs personnages. Houellebecq y est parvenu : sans doute est-ce l’origine des malentendus dont souffre son oeuvre puisque, en fidèle héritier de Huysmans, ses romans oscillent nonchalamment entre l’autobiographie…

Continuer la lecture

L’Adolescent de Dostoïevski : la passion contre le juste milieu ?

Avant dernier roman de Fiodor Dostoïevski, L’Adolescent reste une œuvre largement méconnue. Ces Souvenirs d’un jeune homme, pour employer le sous-titre de l’édition originale, n’en réunissent pas moins nombre de thèmes chers à l’écrivain russe. La culpabilité, la rédemption, les rivalités amoureuses, la mort, le suicide, le jeu, les mouvements révolutionnaires ou la figure du…

Continuer la lecture

Quand Chesterton tire le moderne de son sommeil dogmatique

Philosophe parmi les poètes, poète parmi les philosophes, Chesterton n’a jamais failli à sa réputation de « prince du paradoxe ». Ses Petites choses formidables, célèbre recueil de nouvelles édité pour la première fois en français par Desclée de Brouwer, ne font pas exception : loin de réduire sa pensée à quelques réflexions basses, il offre à voir le…

Continuer la lecture

Ayn Rand et la folie libertarienne

Que deviendrait le monde sans Steve Jobs, Bill Gates ou Peter Thiel, sans hommes politiques et sans intellectuels ? Dans La Grève, roman monumental rédigé de 1951 à 1957 et livre le plus influent aux États-Unis après la Bible, la philosophe américaine Ayn Rand estime que la société s’écroulerait nécessairement sans ses « hommes de valeurs »….

Continuer la lecture

Mouloud Mammeri, la colline retrouvée

Largement oublié en France, l’illustre écrivain kabyle ne cesse d’inspirer dans sa patrie natale. Son œuvre, à la fois littéraire et scientifique, s’inscrit dans un romantisme critique à la fois de la modernité jacobine, mais aussi d’un certain folklorisme berbère sclérosant. Si sa figure bénéficie aujourd’hui d’une reconnaissance institutionnelle, les thèmes qu’il aura soulevé de…

Continuer la lecture

Lakis Proguidis : « L’art de Rabelais est né des mystères médiévaux »

Lakis Proguidis est l’auteur de plusieurs essais de critique littéraire, parmi lesquels Un écrivain malgré la critique et La conquête du roman, et dirige L’Atelier du roman, revue qui paraît depuis 1993, récemment reprise par les éditions Pierre-Guillaume de Roux. Il a publié en janvier dernier Rabelais. Que le roman commence !, un essai sur les origines…

Continuer la lecture

Michel Déon : « Il n’y a pas un livre de Nimier qui résiste à l’épreuve du temps »

Pour la seconde partie de son entretien accordé à PHILITT, Michel Déon a choisi de revenir sur ses années de journalisme à l’Action française auprès de Charles Maurras et ses relations avec les autres membres du groupe des Hussards, pour terminer sur un constat désabusé de la production littéraire française actuelle. PHILITT : Avant d’être romancier,…

Continuer la lecture