Pourquoi faut-il lire Bernanos aujourd’hui ?

Dans Bernanos, romancier du surnaturel (Éditions Pierre-Guillaume de Roux), Monique Gosselin-Noat revient sur l’œuvre romanesque du grand écrivain. À travers les analyses de Sous le soleil de Satan, L’Imposture, La Joie, Nouvelle histoire de Mouchette, Journal d’un curé de campagne et Monsieur Ouine, elle montre à quel point la lecture de Bernanos est précieuse pour nos…

Continuer la lecture

Sur les pas de Pasolini

Sélectionné pour le prix essai Renaudot, le premier livre de Pierre Adrian, un jeune auteur de vingt-trois ans, évoque son voyage à travers l’Italie sur les traces de Pasolini. La quête de Pierre Adrian débute sur le sable gris et sale d’une misérable plage d’Ostie, symbole d’une Italie triste et sclérosée par la crise. Il…

Continuer la lecture

Jacques Ellul : le christianisme est un anarchisme

André Malraux l’avait écrit avec un soupçon d’ironie : Jésus-Christ est le seul anarchiste qui ait réussi, si bien d’ailleurs que Juifs et Romains s’étaient entendus pour le condamner à mort. L’embourgeoisement de l’Église, infectant l’esprit de ses fidèles autant que le cœur le plus pur de sa doctrine, et la déréliction philosophique qui a transformé…

Continuer la lecture

Pierre Glaudes : « Chez Bloy, le bourgeois se définit par sa bêtise, par sa sentimentalité, par son hypocrisie, par son néant »

Pierre Glaudes est professeur de littérature à l’Université Paris IV-Sorbonne. Ses travaux portent sur les romanciers français (Balzac, Chateaubriand, Mérimée) et la littérature d’idée (Joseph de Maistre) au XIXe siècle. Il s’intéresse également au roman et à la nouvelle « fin de siècle » (Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly, Villiers de l’Isle-Adam). Il a notamment dirigé l’édition des…

Continuer la lecture

L’homerisme de Tolstoï et le shakespearisme de Dostoïevski

Contrairement à John Cowper Powys qui affirmait catégoriquement que Dostoïevski était le plus grand des romanciers, George Steiner préfère l’alternative : Tolstoï ou Dostoïevski. Tel est le nom de son passionnant essai dont le bandeau propose, de manière tout à fait inédite, de cerner les aspirations des lecteurs : « Demandez à un homme s’il préfère Tolstoï ou…

Continuer la lecture

La Fantine d’Hugo et la Véronique de Bloy : incarnations du sacrifice chrétien

Les Misérables de Victor Hugo a vingt-cinq ans lorsque Le désespéré est publié par Léon Bloy. Véronique, le personnage féminin du second roman, calque son mouvement sur celui du premier, Fantine. Guidée par l’impératif chrétien, sa dévotion est totale. Jusqu’au bout, elle se dégrade afin de sauver son prochain, à la manière de Fantine. Ces deux…

Continuer la lecture

Journal d’un curé de campagne de Bernanos : le dernier grand roman chrétien ?

À partir des confessions d’un modeste prêtre du Nord de la France, Georges Bernanos arrache petit à petit tous les voiles qui recouvrent la vérité de l’âme humaine. Les errements des fidèles de ce petit village isolé, les observations froides mais toujours compatissantes du jeune curé, ainsi que ses propres turpitudes mentales et physiques, forment de…

Continuer la lecture

Nietzsche lit Dostoïevski et devient fou

C’est le dernier geste nietzschéen avant la folie. Son dernier geste artistique. Son dernier geste philosophique. Le 3 janvier 1889, alors qu’il erre dans les rues de Turin, Nietzsche se précipite sur un cheval sévèrement battu par son cocher et l’embrasse. Le philosophe utilise son corps comme un bouclier face au fouet du bourreau. Il…

Continuer la lecture

Dostoïevski : La légende du grand inquisiteur dans Les Frères Karamazov

Les Frères Karamazov, publié en 1880, est le dernier roman de Dostoïevski. Il est considéré par de nombreux écrivains et spécialistes comme un des ouvrages majeurs de la littérature du XIXe siècle. Comme son nom l’indique les Frères Karamazov raconte, sur une échelle de temps restreinte (six jours) les tribulations de trois frères : Aliocha,…

Continuer la lecture