Michel Houellebecq, la rédemption par l’écriture

Rares sont les écrivains qui ont su, comme Céline, « mettre [leur] peau sur la table », c’est-à-dire payer de leur propre personne, se sacrifier secrètement à travers leurs personnages. Houellebecq y est parvenu : sans doute est-ce l’origine des malentendus dont souffre son oeuvre puisque, en fidèle héritier de Huysmans, ses romans oscillent nonchalamment entre l’autobiographie…

Continuer la lecture

Michéa : la logique libérale contre l’autonomie individuelle

Dans son dernier ouvrage, Le loup dans la bergerie (Flammarion, Climats, 2018), Michéa s’évertue à actualiser sa thèse de l’unité du libéralisme, politique, culturel et économique et à l’approfondir sous l’angle du lien entre droits de l’homme et société libérale. Michéa rappelle que la protection des droits individuels n’a pas attendu le XVIIIe siècle pour…

Continuer la lecture

Ayn Rand et la folie libertarienne

Que deviendrait le monde sans Steve Jobs, Bill Gates ou Peter Thiel, sans hommes politiques et sans intellectuels ? Dans La Grève, roman monumental rédigé de 1951 à 1957 et livre le plus influent aux États-Unis après la Bible, la philosophe américaine Ayn Rand estime que la société s’écroulerait nécessairement sans ses « hommes de valeurs »….

Continuer la lecture

Alain de Benoist : « Mai 68 a quelque chose d’une farce »

Mai 68 évoque, pour les générations qui n’ont pas connu cet événement, une rupture historique qui, outre son aspect révolutionnaire, est à l’origine d’une nouvelle conception de la société, ouvertement anti-traditionnelle. Alain de Benoist, contemporain de Mai 68 et penseur hétérodoxe de la droite, revient sur ce moment annonciateur du désenchantement politique. PHILITT : Aujourd’hui,…

Continuer la lecture

Julius Evola : du libéralisme au marxisme, la démonie de l’économie

L’histoire économique dessine une histoire des luttes dont nos contemporains, témoins ou proches héritiers de la Guerre froide, retiennent l’opposition célèbre entre capitalisme et marxisme. Bien que ces deux notions n’ont cessé d’évoluer,  le constat reste le même : on réfléchit toujours en termes d’alternatives économiques. Julius Evola, métaphysicien italien, propose de renverser radicalement la perspective….

Continuer la lecture

« Liberté, égalité, fraternité » : le vaudou républicain

Réduite au rang de slogan publicitaire, la devise de la République française ne pouvait connaître d’autre sort, car elle était habitée dès l’origine par d’intenables contradictions. Mais sa nature cachée, que percèrent rapidement à jour les critiques maurassienne et marxiste, recèle une implacable cohérence : l’avènement d’une (fausse) liberté vidant l’humanité de sa substance pour mieux l’asservir….

Continuer la lecture

Au nom de Rousseau, la Révolution a-t-elle organisé l’oppression sociale ?

La loi Le Chapelier de 1791, par laquelle les révolutionnaires abolissent les corporations, prétend libérer l’économie pour moderniser une France en crise. Elle se révèle bientôt être une restriction considérable du droit des travailleurs.  Constituées depuis le Moyen Âge sur des modèles très divers, les corporations de métier sont devenues, au milieu du XVIIe siècle,…

Continuer la lecture

Michéa : l’État, indispensable instrument du libéralisme

Érigé sur le dogme de la privatisation de la morale, le libéralisme génère des revendications croissantes de droits individuels qui nécessitent une régulation de l’État. Celui-ci légitime son interventionnisme objectif au nom de l’idéal de neutralité libérale qu’il entend également imposer à la conscience de ses citoyens. Dénonçant ce totalitarisme libéral, Jean-Claude Michéa prône le recours à un socialisme non…

Continuer la lecture

Karl Polanyi : réencastrer l’économie dans la société

Le « Brexit », la campagne « antisystème » de Donald Trump, la progression de partis dits « populistes » en Europe, l’expansion de l’extrémisme religieux, le tournant « conservateur » des milieux intellectuels (en France), le retour du religieux sur la scène politique : tous ces éléments traduisent un rejet de l’économie de marché, ou du moins de sa prétention à régenter tous…

Continuer la lecture

L’invention moderne de la violence religieuse

Les religions sont naturellement portées à la violence. Pour beaucoup, la cause semble entendue, et l’actualité paraît régulièrement nous rappeler cette vérité. Et pourtant, que signifie réellement cette notion de « violence religieuse » tant mobilisée aujourd’hui ? Quel est exactement son sens historique et politique ? Pour William Cavanaugh, la « violence religieuse » est une notion factice servant avant…

Continuer la lecture