Jean Borella ou l’athéisme impossible

Jean Borella, philosophe chrétien, a enseigné la métaphysique et l’histoire ancienne et médiévale à l’Université de Nancy II jusqu’en 1995. Sous la direction de Paul Ricœur, il soutint une thèse sur le symbolisme religieux qui a donné lieu à deux études majeures : Histoire et théorie du symbole et La Crise du symbolisme religieux, réédités…

Continuer la lecture

Jean Borella, la foi et la révolte de l’intelligence

Jean Borella n’en était donc pas à son dernier livre. Le métaphysicien nancéen, né en 1930, spécialiste du symbolisme et de la théologie mystique, vient de publier dans la collection Théôria de L’Harmattan un opuscule consacré aux problèmes de l’intellectualité sacrée dans le christianisme : L’intelligence et la foi. Face au sentimentalisme religieux ambiant, Jean…

Continuer la lecture

L’Adolescent de Dostoïevski : la passion contre le juste milieu ?

Avant dernier roman de Fiodor Dostoïevski, L’Adolescent reste une œuvre largement méconnue. Ces Souvenirs d’un jeune homme, pour employer le sous-titre de l’édition originale, n’en réunissent pas moins nombre de thèmes chers à l’écrivain russe. La culpabilité, la rédemption, les rivalités amoureuses, la mort, le suicide, le jeu, les mouvements révolutionnaires ou la figure du…

Continuer la lecture

Christophe Levalois : un autre regard sur la royauté et le sacré

En France, le terme de « royauté » provoque instantanément des crispations démesurées. C’est que, dans l’histoire républicaine qui est la nôtre, la royauté joue le mauvais rôle, et est toujours comprise comme une forme néfaste de gouvernement. Dans son livre La royauté et le sacré publié aux éditions du Cerf, Christophe Levalois cherche, selon ses propres mots,…

Continuer la lecture

Le Grand Jeu, une révolte vers l’absolu

Le Grand Jeu est un cri de révolte surgi au milieu des Années folles. Dans cette revue parue seulement trois fois, la bande emmenée par René Daumal et Roger Gilbert-Lecomte se place dans la lignée de Rimbaud et des grands mystiques pour se lancer vers l’essentiel, c’est-à-dire vers l’absolu. Un siècle compte beaucoup de jappements, mais rares…

Continuer la lecture

Julius Evola ou la mystique du détachement

À mi-chemin entre le métaphysicien et le samouraï, Julius Evola a élaboré une vision de la politique et de la Tradition qui l’éloigne de la plupart des théoriciens politiques et des tenants du traditionalisme. Son approche repose sur un principe intangible : se détacher du monde tel qu’il est. À l’âge de vingt-trois ans, alors qu’il…

Continuer la lecture

Le Meilleur des mondes ou l’illusion d’un bonheur éternel

Le visionnaire Aldous Huxley, dans sa célèbre dystopie Le meilleur des mondes, crée une société fictive mêlant productivisme, technocratisme, eugénisme et contrôle intégral de l’individu. En préfigurant les totalitarismes, il a montré avant l’heure en quoi le scientisme aveugle ne pouvait mener qu’au désastre. Paru en 1932, période de la montée des nationalismes et des totalitarismes, Le…

Continuer la lecture

Fondation du cogito cartésien : subjectivisme et entrée en modernité

René Descartes repense les fondements de la connaissance et met en place une philosophie unissant les sciences en un savoir universel. Pour ce faire, il élabore une nouvelle approche où l’individu est la source de toute réflexion philosophique. Il contribue donc, après Montaigne, à faire entrer la pensée française dans la modernité. Dans la première Méditation, Descartes opère une refondation…

Continuer la lecture