Augustin Berque : «  Le Japon a massacré son territoire »

Augustin Berque est géographe, philosophe et orientaliste. Spécialiste du Japon, ses travaux se concentrent sur l’étude des milieux humains, science appelée « mésologie ». Traducteur et commentateur de l’ouvrage Fûdo de Watsuji Tetsurô, il est depuis des années attentif aux évolutions des villes nippones et aux concepts qui définissent la spatialité japonaise. [Cet article est…

Continuer la lecture

George Steiner : l’homerisme de Tolstoï et le shakespearisme de Dostoïevski

Contrairement à John Cowper Powys qui affirmait catégoriquement que Dostoïevski était le plus grand des romanciers, George Steiner préfère l’alternative : Tolstoï ou Dostoïevski. Tel est le nom de son passionnant essai dont le bandeau propose, de manière tout à fait inédite, de cerner les aspirations des lecteurs : « Demandez à un homme s’il préfère Tolstoï ou…

Continuer la lecture

Les Particules élémentaires de Michel Houellebecq : décomposition de l’hypermodernité

Ce qu’il peut y avoir d’exécrable chez Bruno et Michel, les deux personnages principaux des Particules élémentaires, c’est peut-être l’inconsistance de leur humanité. Si les personnages de romans ont vocation à réfléchir la lumière de l’homme à un instant T., alors la nôtre est bien sombre. Sombre parce que ces lignes provoquent chez le lecteur une…

Continuer la lecture

Spengler, Lasch, Bourget : culture et décadence

Avant de se demander trivialement qu’est-ce qu’une culture ou société décadente il faudrait peut-être réfléchir – et notre époque nous y oblige – à la possibilité même d’une telle interrogation. En effet, peut-on encore, sans provoquer l’incompréhension générale, associer culture et décadence ? Notre culture n’aurait-elle tout simplement pas anémié les préjugés intellectuels ou les…

Continuer la lecture

Leo Strauss lecteur de Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau occupe sans conteste une place à part dans l’histoire de la modernité. Figure définitivement ambivalente, il fut, à la fois, en réaction contre la vulgarisation des sciences et la profusion des arts ; chantre d’une vertu civique résolument conservatrice – « les anciens politiques parloient sans cesse de mœurs et de vertus ; les nôtres ne…

Continuer la lecture

Paul Ricœur : repenser la volonté

Le premier tome de La Philosophie de la volonté de Paul Ricœur intitulé « le volontaire et l’involontaire » porte sur le rapport entre pouvoirs et vouloir et, de manière élargie, sur le rapport entre liberté et nature. Dans cet ouvrage, Ricœur montre que la volonté humaine n’est pas toute puissante. Il faut se détacher de l’illusion forgée…

Continuer la lecture