Du respect des morts

Antigone a déserté. La question de la dignité de nos morts ne se pose plus dans les mêmes termes depuis que le matérialisme et l’hygiénisme, comme une superstition des modernes, ont triomphé.   Qu’importe la vue du visage crispé de celui dont la mort a été violente. Qu’importe la vue de ses yeux froids, qui…

Continuer la lecture

William Cavanaugh : l’État est mort, vive l’Église !

Le triomphe de la raison sur la religion et la superstition, l’avènement d’une société sécularisée, l’émergence d’un État laïque légal-rationnel : tous ces thèmes, par lesquels la modernité tend à se décrire elle-même, constituent en fait des mythes fondateurs que l’on peut facilement déconstruire. Telle est du moins la thèse de William Cavanaugh. En particulier,…

Continuer la lecture

Denis Davidov, le poète hussard

Inconnu en France, Denis Davidov est pourtant pour les Russes un héros de la guerre de 1812. Il fut une figure militaire et littéraire majeure dans la Russie du début du XIXe et le modèle du personnage de Denissov dans Guerre et Paix. Surnommé « le capitaine noir » par les Français, héros byronien et ami de Pouchkine,…

Continuer la lecture

Tolstoï, le plus chrétien des anarchistes

Trop souvent, volontairement ou non, le romancier Tolstoï est dissocié du penseur politique. Pourtant, « le chasseur de mensonge » selon l’expression de Romain Rolland a lutté toute sa vie pour la vérité, échappant aux carcans conservateurs, libéraux et révolutionnaires de son temps pour trouver et proposer une voie politique, religieuse et humaine originale. Lors…

Continuer la lecture

Apprendre à vivre et à mourir avec Tolstoï

Avec La Mort d’Ivan Illitch (1886), Léon Tolstoï livre un court récit intimiste et épuré dans lequel il évoque les tourments psychologiques d’un homme livré à la maladie, avec la mort pour seul horizon. Par l’évocation de ce destin tragique, le romancier russe nous renvoie à un questionnement universel. Marcel Proust, dans son essai Contre Sainte-Beuve,…

Continuer la lecture

Oblomov : une éthique de la paresse

Oblomov n’est pas seulement le récit d’un homme paresseux mais aussi celui d’un homme à la recherche du bonheur. Oblomov repoussera la passion, une émotion jugée trop violente pour accepter une dimension inférieure du bonheur. Être capable de toucher le bonheur réel, celui à hauteur d’homme, n’est-ce pas cela s’accomplir ? C’est en tout cas la sagesse choisie…

Continuer la lecture

L’homerisme de Tolstoï et le shakespearisme de Dostoïevski

Contrairement à John Cowper Powys qui affirmait catégoriquement que Dostoïevski était le plus grand des romanciers, George Steiner préfère l’alternative : Tolstoï ou Dostoïevski. Tel est le nom de son passionnant essai dont le bandeau propose, de manière tout à fait inédite, de cerner les aspirations des lecteurs : « Demandez à un homme s’il préfère Tolstoï ou…

Continuer la lecture

John Cowper Powys : pourquoi Dostoïevski est le plus grand de tous les romanciers

Dans son essai sur Dostoïevski, l’écrivain gallois John Cowper Powys ne passe pas par quatre chemins. À ses yeux, Dostoïevski est le plus grand des romanciers. Le caractère définitif de son affirmation l’oblige à une analyse approfondie et pertinente. Dostoïevski est le plus grand des romanciers. Voilà ce que dit John Cowper Powys. Rien de…

Continuer la lecture