La modernité et ses critiques : cartographie des différentes tendances

La modernité, ou monde moderne, abrite en son sein deux grands mouvements : d’un côté, les adeptes des Lumières et, de l’autre, ceux qui émettent de franches réserves face à cet enthousiasme. Sous la catégorie « antimoderne » ou « réactionnaire », qui leur est assignée ou qu’ils s’assignent eux-mêmes, cohabitent pourtant diverses tendances, parfois mêmes…

Continuer la lecture

La question religieuse chez Jean-Jacques Rousseau : religion naturelle et religion civique

Rousseau est avant tout connu comme philosophe politique, comme le père de la Révolution française et du républicanisme (que cette idée soit fondée ou non). Pourtant, la pensée du Genevois est bien plus vaste, allant de l’éducation à l’étude des états de l’âme, annonçant ainsi la pédagogie et la psychologie contemporaines. Mais il est un…

Continuer la lecture

Serge Latouche : « La décroissance veut retrouver le sens de la mesure »

Serge Latouche, économiste, philosophe, contributeur historique de la revue du MAUSS, est l’un des premiers théoriciens de la décroissance en France. Il a notamment écrit Survivre au développement : De la décolonisation de l’imaginaire économique à la construction d’une société alternative (Mille et une nuits, 2004) et Petit Traité de la décroissance sereine (Mille et…

Continuer la lecture

Pierre Glaudes : « L’hypothèse de Maistre est que la Révolution est un déchaînement du mal utilisé par Dieu au service du bien »

Pierre Glaudes est professeur de littérature à l’Université Paris IV-Sorbonne. Ses travaux portent sur les romanciers français (Balzac, Chateaubriand, Mérimée) et la littérature d’idée (Joseph de Maistre) au XIXe siècle. Il s’intéresse également au roman et à la nouvelle « fin de siècle » (Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly, Villiers de l’Isle-Adam). Il a notamment dirigé…

Continuer la lecture

Leo Strauss lecteur de Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau occupe sans conteste une place à part dans l’histoire de la modernité. Figure définitivement ambivalente, il fut, à la fois, en réaction contre la vulgarisation des sciences et la profusion des arts ; chantre d’une vertu civique résolument conservatrice – « les anciens politiques parloient sans cesse de mœurs et de vertus ; les nôtres ne…

Continuer la lecture

Alasdair MacIntyre : le concept de tradition

« Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières » martelait frénétiquement Kant à l’aube de la Révolution française. Le rationalisme des Lumières s’oppose au traditionalisme comme il s’éloigne des philosophies du soupçon et du relativisme en tout genre. Chez Burke, par exemple, les traditions d’un peuple…

Continuer la lecture

Kant : Projet de paix perpétuelle

Kant écrit son Projet de paix perpétuelle à l’âge de 70 ans. Si certains considèrent cette œuvre comme une redite des thèses évoquées ultérieurement, Fichte estime quant à lui que ce traité permet de montrer la totalité des résultats de la philosophie kantienne du Droit. Il montre l’aboutissement pratique des thèses élaborées dans les différentes…

Continuer la lecture