La haine du moderne pour le secret

Le problème d’une société qui prône la transparence n’est pas seulement qu’elle bannit toute vie privée, mais qu’elle encourage le bourgeois à dévoiler impudiquement sa transparente existence intérieure. [Cet article est paru initialement dans le troisième numéro de la revue Limite] Nous savons, depuis la publication de La France contre les robots en 1947, que…

Continuer la lecture

Le « néo-eurasisme » d’Alexandre Douguine : une revanche de la géographie sur l’histoire ?

Depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, il est souvent question d’un « retour » de la Russie sur la scène internationale. Avec une politique étrangère plus offensive et moins conciliante que dans les années 1990, Moscou semble à la fois agacer et fasciner. Mais pour bien comprendre la Russie d’aujourd’hui, il est nécessaire de…

Continuer la lecture

La République des pamphlets : quand la liberté d’expression n’avait pas de limites

« La France compte 36 millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement… » Cette phrase restée célèbre ouvre,  en mai 1868, l’éditorial d’Henri Rochefort dans le premier numéro de La lanterne. À cette époque, le régime impérial se libéralise et  les lois sur la presse s’assouplissent. Une brèche s’ouvre pour l’opposition. Cette nouvelle…

Continuer la lecture

Balzac ou la Révolution du côté des vaincus

Avec Une ténébreuse affaire, Balzac plonge son lecteur dans une intrigue à triple fond, avec aristocrates comploteurs, police secrète machiavélique, bourgeois arrivistes et manipulateurs, et même Napoléon Bonaparte en guest star. Une manière sidérante de nous faire revivre la Révolution et ses soubresauts, à hauteur d’homme. Parmi les grands plaisirs que l’on peut prendre à…

Continuer la lecture

Brexit : le crépuscule des cuistres

Malgré les appels à contourner le référendum ou à soumettre Britannia, les réactions interloquées au Brexit ne peuvent effacer une dure réalité : celle de la destruction du mythe selon lequel la construction européenne évoluerait dans les sphères célestes du « sens de l’Histoire ». Le concert des réactions publiques et médiatiques à la décision du Royaume-Uni…

Continuer la lecture

En attendant Godeau avec Balzac

Jusqu’au 2 juillet et avant qu’elle ne parte en province, la compagnie des Tréteaux de France représente, au théâtre de la Cartoucherie de Vincennes, une pièce d’Honoré de Balzac mise en scène par Robin Renucci. La salle est plongée dans un clair-obscur brumeux. Le balzacien éprouve une intense excitation dans l’attente des trois coups.  Impossible…

Continuer la lecture

Le sexe sous le nazisme : une libération avant l’heure ?

En matière sexuelle, le nazisme défendit des positions étonnantes, dont certaines se retrouvent aujourd’hui, certes soutenues par d’autres arguments, dans les discours les plus progressistes : éducation sexuelle pour les jeunes, combat contre le monopole de la famille traditionnelle, promotion d’une gestation distincte de la maternité… Cette curiosité n’est pas fortuite : elle révèle l’impasse où conduit toute conception rationalisée du…

Continuer la lecture

Monique Cottret : « Les jansénistes ont été accusés d’être des protestants »

Monique Cottret est professeur d’histoire moderne à l’université Paris X-Nanterre.  Elle a soutenu une thèse sur le jansénisme et poursuit ses travaux sur le siècle des Lumières, en insistant sur les implications politiques des phénomènes religieux. Elle a reçu, avec son mari Bernard Cottret, le prix Pierre-Georges Castex de l’Académie des sciences morales et politiques…

Continuer la lecture

Carl Schmitt : le nomos de la terre ou l’enracinement du droit

Dans Le Nomos de la Terre (1950), Carl Schmitt montre qu’il ne peut exister d’ordre sans enracinement. Contre la pensée positiviste et l’idéal cosmopolitique, il en appelle à la terre, substrat élémentaire de toute société, pour comprendre le rapport de l’humanité au monde. [Article initialement paru dans la revue PHILITT #2 consacrée à la terre…

Continuer la lecture

Sur l’incompatibilité du christianisme et du maurrassisme

Une ampleur théorique indéniable, ainsi qu’un talent certain de polémiste, ont permis à Charles Maurras de rallier en son temps de nombreux catholiques, du moins jusqu’à sa condamnation par l’Église en 1926. Ce ralliement se fondait cependant sur une conception de la politique peu compatible avec le christianisme, mais qu’une ambivalence théologique a contribué à…

Continuer la lecture