Accueil / Actualité / Dominique de Villepin : « Changer un mauvais régime par la force n’est pas une solution »

Dominique de Villepin : « Changer un mauvais régime par la force n’est pas une solution »

Dominique de Villepin a été ministre des Affaires étrangères (2002-2004) puis Premier ministre (2005-2007) sous la présidence de Jacques Chirac. Il s’était distingué en prononçant en 2003 le désormais célèbre discours à l’ONU contre la guerre en Irak. En 2016, il a publié Mémoire de paix pour temps de guerre, essai dans lequel il invite la France à renouer avec sa grande tradition diplomatique. 

PHILITT : Votre dernier essai Mémoire de paix pour temps de guerre est un vadémécum pour la paix dans lequel la diplomatie apparaît comme la clef afin de sortir des crises de notre monde. Ne craigniez-vous pas d’apparaître comme utopique dans une époque secouée par la guerre ?

Oscar Wilde

Dominique de Villepin : Selon la formule d’Oscar Wilde, le progrès ne serait que l’accomplissement des utopies ! Dans un monde qui s’abandonne sans cesse à l’enivrante folie de la guerre, nous avons en réalité plus que jamais besoin de diplomatie. Ne serait-ce que parce qu’elle constitue le premier bouclier d’un pays ; elle garantit en amont la sécurité de l’État, pouvant tour à tour l’exposer ou le protéger. Elle a donc un rôle fondamental, d’autant plus qu’elle conditionne à l’international la perception de l’image des États par les opinions publiques. La diplomatie, c’est tout le contraire d’une utopie, ce sont des initiatives et des propositions concrètes qui ont pour but de faire bouger les lignes. Cela nécessite de parler à tout le monde et de porter un discours qui soit guidé par l’action et non par l’idéologie. Cela suppose de croire en la valeur de l’exemplarité ; il ne faut pas sous-estimer l’effet d’entraînement que peut avoir la diplomatie.

La véritable utopie se situerait plutôt du côté de ceux qui pensent que la guerre et les politiques de sanctions peuvent porter leurs fruits. Or, comme on a pu le voir avec l’Iran ou avec la Russie, les politiques de sanctions ont tendance à durcir les gouvernements et à renforcer l’adhésion des populations aux régimes autoritaires. Et il suffit de passer en revue les interventions militaires des dernières décennies pour se convaincre de leur caractère chimérique. Je crois qu’on fait fausse route à force de mener des guerres sans stratégie politique, et qu’il faudrait plutôt privilégier une logique de partenariat et de dialogue susceptible de créer de la stabilité en forgeant des ponts entre les peuples et les cultures. C’est d’abord l’absence de perspectives politiques qui condamne à la guerre, d’où l’importance primordiale du travail inlassable des diplomates. Si la paix demande bien plus de courage et d’exigences que la guerre, elle n’en demeure pas moins un horizon nécessaire et accessible.

Avec l’arrivée de Donald Trump et sa volonté clairement annoncée d’être en rupture avec la traditionnelle politique américaine vis-à-vis de l’Europe, quelles actions préconisez-vous au niveau européen face à cette nouvelle donne ?

C’est précisément l’occasion pour l’Europe de tout remettre à plat. Il lui est vital de profiter à la fois du Brexit et de l’élection de Donald Trump, pour se repenser, se renouveler et se moderniser. Ces deux événements doivent provoquer un électrochoc salvateur et nous permettre de nous recentrer sur nos valeurs et nos ambitions. Alors que Donald Trump semble prêt à remettre en cause le libre-échange, nous devons au contraire réaffirmer notre attachement au mouvement d’ouverture du monde. Sur le plan commercial, rien ne nous empêche de demander que soient intégrées dans les traités de libre-échange des clauses sur l’emploi, l’environnement ou d’exiger la mise en place de barrières douanières temporaires pour protéger des secteurs menacés.

Face au nouveau positionnement diplomatique américain très hostile à l’égard de l’Iran, l’Europe doit défendre la signature de l’accord sur le nucléaire de juillet 2015 avec Téhéran et encourager la continuité du processus d’ouverture qui est à l’œuvre dans le pays. Retrouver une certaine forme d’indépendance, cela passe aussi par la remise en cause de l’hégémonie du dollar et du privilège juridique qui lui est lié, lequel permet à la justice américaine de poursuivre toute entreprise qui effectue des transactions avec cette devise. L’occasion nous est également donnée de repenser le rôle et l’efficacité de l’OTAN. L’élection américaine pourrait permettre un véritable débat transatlantique pour renégocier le traité de 1949. Nous devons assumer une réelle défense collective tout en évitant un engrenage militaire qui pourrait surgir notamment en Europe de l’Est. Il s’agirait de rééquilibrer l’alliance entre un pilier nord-américain et un pilier européen. En cas de refus, il nous faudra faire preuve de lucidité et quitter un système qui offre moins d’avantages que de risques et contraintes. Il faudra également revoir la stratégie européenne vis-à-vis du voisin russe, qui s’est avérée jusqu’ici contre-productive, ce qui passe par la prise en compte des appréhensions qui existent aussi en Russie.

Enfin, d’autres chantiers restent à explorer si l’on souhaite favoriser l’émergence d’une Europe de la Défense : la mutualisation des équipements de défense ; le développement de l’interopérabilité et la création d’un véritable État-major européen ; la redéfinition des mandats de l’Eurocorps, la création de forces européennes d’interposition dédiées à la sécurisation de zones humanitaires refuge dans les régions en crise…

Donald Trump

Vous avez affirmé récemment sur France culture que « La réflexion politique et la réflexion diplomatique sont éclipsées par l’action militaire, et ça c’est un signe d’un affaiblissement profond de la France dans le monde. » Comment redynamiser la politique étrangère de la France et lui donner plus de poids sur la scène mondiale ?

Ces dernières années, la France a commis l’erreur de privilégier trop souvent l’outil militaire en lieu et place de l’outil politique qu’est la diplomatie. Le Ministère de la Défense a pris le pas sur le Ministère des Affaires étrangères, notamment sur le terrain africain, avec l’issue que l’on connaît en Libye, au Mali et en Centrafrique. Au Moyen-Orient, le pari qui a été fait sur la chute rapide de Bachar al Assad n’aurait jamais dû entraîner dans le même temps un refus systématique de parler au régime syrien. C’est là un manque de réalisme, qui relève davantage du positionnement idéologique que d’une logique politique assumée. Changer un régime, aussi mauvais soit-il, et qui plus est par la force, ne constitue pas une solution.

Il nous faut préférer la diplomatie à la gesticulation guerrière et retrouver le message d’indépendance et de liberté de ton qui était celui du général de Gaulle. La France doit parler à tout le monde, mais aussi ancrer sa diplomatie dans l’action, et non dans le seul commentaire, spectateur des désordres de notre temps. Cela suppose de renouer avec notre connaissance du terrain, à l’appui de notre réseau d’ambassades exceptionnel et des nombreux travaux menés par nos chercheurs à l’étranger. Pour que sa voix porte à nouveau, la France doit retrouver un esprit d’initiative, capable de porter une diplomatie de projets. Il y a notamment un grand partenariat entre l’Afrique et l’Europe à construire au cours de la prochaine décennie, à l’image de ce que fait la Chine en développant la Nouvelle Route de la Soie comme un outil de stabilisation de l’Asie centrale et du Caucase. Notre diplomatie doit travailler à développer et renforcer les liens politiques, économiques et culturels nous unissant à l’Afrique, avec laquelle nous pouvons partager un avenir commun et plus seulement un passé passionnel et douloureux.

Vous évoquiez sur France Inter « l’absence de vision politique actuelle et une situation de défaillance de démocratie ». Selon vous, comment sortir de la crise politique que traverse le pays ?

La défaillance de la démocratie libérale a pris un tournant manifeste l’an dernier avec le Brexit et l’élection de Donald Trump. La crise de confiance qui s’est instaurée entre les peuples et le système politique pourrait bien être durable. Il faut dès lors être capable d’effectuer un diagnostic efficace : nos démocraties s’affaiblissent parce qu’elles ont cessé de produire du politique. Cette dépolitisation, c’est celle des élites internationales qui ont cru à la fin du politique et à la fin de l’histoire. Au politique, on a préféré l’hyperlibéralisme et ses lois économiques complexes, mais loin d’être infaillibles. Depuis la crise de 2007-2008, rien n’a été fait pour prévenir le risque d’éclatement de nouvelles bulles financières. Sans un retour assumé vers plus de politique, nos démocraties ne parviendront qu’à frustrer davantage des populations qui ne se sentent plus ou mal représentées, et qui ne croient plus en un système incapable d’offrir des perspectives d’espoir. Or la politique, c’est une espérance. Le risque qui pèse alors sur nos sociétés est bien connu : c’est celui de la dérive autoritaire, sur le modèle des démocraties illibérales qui se multiplient jusqu’au sein de l’Union européenne.

Charles de Gaulle

L’urgence, notamment en France, c’est d’être capable de recréer ce lien entre l’État et le citoyen, de restaurer la confiance en nos valeurs et en notre système politique. Nous devons pour cela remettre le service public au centre de nos préoccupations et lui donner les moyens de ne pas abandonner des pans entiers de la population française, en particulier dans les campagnes et les petites villes. En France, l’historicité de l’État est centrale, bien plus que chez nos voisins. Il réunit autour de lui les différentes composantes de la nation, auxquelles il offre protection et soutien grâce à son modèle social tant critiqué. Plaider pour un retour du politique, c’est plaider aussi pour un retour de l’État. Il faut pour cela que chacun prenne ses responsabilités, la société civile tout autant que les élites politiques et sociales du pays, car l’État et la démocratie appartiennent à toutes et à tous.

Vous dites être convaincu de la nécessité d’inventer de nouveaux types d’interventions militaires. Sont-ils la solution pour le problème syrien et plus globalement comment voyez-vous la sortie de cette crise ?

Je me suis en effet prononcé pour un usage limité de la force, par le biais d’interventions ponctuelles, dotées d’un objectif politique préalable clair et circonscrit. L’expérience montre que toute opération militaire de grande ampleur avec déploiement massif de troupes au sol, finit par apparaître comme une invasion aux yeux des populations locales. S’il faut rendre hommage à nos armées pour le travail qu’elles accomplissent au quotidien, les interventions militaires traditionnelles ne sont pas à même de préparer la paix parce que, la plupart du temps, elles ne s’accompagnent pas d’une stratégie de paix concomitante. Apprendre à s’interposer efficacement, à construire voire dans certains cas à imposer la paix, voilà les défis qui attendent les armées de demain et notamment l’armée française. En Syrie, je reste persuadé que la solution sera d’ordre politique et non militaire. Certes, l’intervention russe a changé la donne et a pu plaider en faveur de l’usage de l’outil militaire en Syrie. Pour autant, elle n’a fait que servir les intérêts russes et se limitera à la défense du régime syrien. Elle est l’exemple type, quand bien même cynique, d’une intervention militaire ponctuelle guidée par une solide stratégie politique. Si elle semble fonctionner, c’est parce qu’elle s’accompagne d’une vision politique : aujourd’hui la Russie, avec l’Iran et la Turquie, est aux avant-postes pour parvenir à une résolution politique du conflit.

Néanmoins, la crise syrienne risque de se prolonger tant que l’on ne prendra pas en compte le peuple syrien dans l’équation et que l’on refusera d’engager un dialogue avec le régime et ses alliés pour trouver les voies d’un règlement et d’un arrêt des bombardements. Aujourd’hui, la Syrie est prise en otage par ses voisins : l’Iran, la Turquie, les forces kurdes, la Russie, l’Arabie saoudite. Pendant ce temps, le peuple syrien est oublié, mais il ne cessera pas de se faire entendre. Il y a un risque de radicalisation durable des populations marginalisées par l’évolution actuelle du conflit, à l’image de ce qui s’est passé en Irak après 2003 et que l’on a redécouvert avec violence en 2014. Il faut pour cela mobiliser les acteurs régionaux, et la France a d’une part un rôle de médiateur à jouer – auprès de l’Arabie Saoudite notamment – mais également un rôle de soutien auprès des pays frontaliers que sont le Liban ou encore la Jordanie, afin que le sort du peuple syrien redevienne la priorité majeure.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*