Du déshonneur de la critique littéraire selon Ernest Hello

Pour l’écrivain mystique Ernest Hello, la critique littéraire pourrait être d’une grande noblesse si elle n’avait cédé à plusieurs écueils qui la compromettent. Parmi eux, la volonté de préservation du monde des lettres, l’incompréhension face aux excès du génie et le manque de générosité qui empêchent l’avènement de la critique de « l’amour infini ».  Nous avons tous…

Continuer la lecture

La persistance de l’âme des peuples chez Gustave Le Bon

Reconnu pour son ouvrage La psychologie des foules prophétisant dès 1895 les mécanismes psychologiques sur lesquels se sont appuyés les régimes totalitaires du XXe siècle et les démocraties modernes, Gustave Le Bon s’est aussi intéressé aux racines historiques des psychologies collectives. Médecin et psychologue mais également anthropologue passionné par les civilisations orientales, ce penseur français était…

Continuer la lecture

Marine Kisiel : « Pour Paul Valéry, Degas apparaît comme un artiste fantastique »

À l’occasion du centenaire de la mort d’Edgar Degas (1834-1917), le musée d’Orsay lui rend hommage avec une exposition qui se termine le 25 février. Elle a pour fil conducteur l’ouvrage méconnu Degas Danse Dessin de l’écrivain Paul Valéry (1871-1945). La commissaire de l’exposition Marine Kisiel répond à nos questions. PHILITT : Paul Valéry a 25…

Continuer la lecture

Michel Déon, un immortel sans sépulture

En début de semaine, nous apprenions que la Mairie de Paris refusait d’accorder une sépulture à l’écrivain Michel Déon dont les cendres ont pourtant été rapatriées en France. Pénélope Komitès, adjointe au maire de Paris en charge des affaires funéraires, mettait en avant des arguments juridiques pour masquer une décision de nature politique.  « Quelle indignité »,…

Continuer la lecture

Ernst Jünger face aux titans et aux étoiles du Caucase

À l’automne 1942, après deux années passées à l’état-major parisien du général Hans Speidel, Ernst Jünger part en mission dans le Caucase. L’offensive allemande contre l’URSS atteint, cette année-là, son apogée. Les divisions du Reich s’apprêtent bientôt à refluer après avoir atteint Stalingrad et les rives de la Volga. De ce voyage dans les ténèbres,…

Continuer la lecture

Vincent Bernard : « Grant n’est pas dans une logique de vengeance contre le Sud »

Vincent Bernard est historien spécialisé sur les questions militaires. Après une biographie du général Lee, il publie à nouveau chez Perrin une biographie de son rival du Nord le général Grant qui après avoir commandé les armées de l’Union deviendra président des Etats-Unis (1869-1877). Il répond à nos questions sur cet homme et sur la…

Continuer la lecture

Libération contre l’infâme

Le très résistant quotidien Libération s’inquiète de la réédition d’œuvres de « collabos ». Jusqu’où nous mènera la censure consensuelle de « l’infamie » ? « Doit-on republier l’infâme ? », se demande le « quotidien de gauche » Libération. L’interrogation ne vise pas les centaines de romans médiocres publiés lors des bien mal nommées « rentrées littéraires », ni les innombrables auto-fictions d’auteurs…

Continuer la lecture

Patrice Jean : « On réserve à la littérature le rôle du divertissement » (2/2)

Patrice Jean est romancier et professeur de français à Saint-Nazaire. Il vient de publier L’Homme surnuméraire (2017) aux éditions rue fromentin. Il s’agit d’un roman sous forme de mise en abyme liant deux personnages : Serge Le Chenadec, père de famille banal et sans histoire, brimé par sa femme, sorte de Mme Bovary féministe ; et Clément Artois,…

Continuer la lecture

La barbarie vivifiante de Julien Gracq

[Cet article est initialement paru dans la revue PHILITT #5 consacrée à la barbarie] Dans Le Rivage des Syrtes, Julien Gracq prend le contre-pied d’une conception exclusivement négative de la barbarie en la présentant comme un renouveau nécessaire à la revivification d’un vieil État somnolent. Le Rivage des Syrtes met en scène une vieille cité…

Continuer la lecture

Patrice Jean : « J’éprouve de la tendresse pour ceux que l’époque n’aime pas » (1/2)

Patrice Jean est romancier et professeur de français à Saint-Nazaire. Il vient de publier L’Homme surnuméraire (2017) aux éditions rue fromentin. Il s’agit d’un roman sous forme de mise en abyme liant deux personnages : Serge Le Chenadec, père de famille banal et sans histoire, brimé par sa femme, sorte de Mme Bovary féministe ; et Clément Artois,…

Continuer la lecture